Ethique de la communication des faits scientifiques : bravo Médecine Sciences

M SC'est avec plaisir que j'ai lu un bon éditorial du numéro de février 2019 de m/s ou médecine/sciences, une revue de l'Inserm d'accès libre (voir ci-dessous). Il est écrit par Hervé Chneweiss, Président du Comité d’éthique de l’Inserm, et le titre : "Eléments pour une éthique de la communication des faits scientifiques"

Les chercheurs doivent considérer les difficultés nouvelles pour communiquer la science. Je ne peux résumer cet éditorial que j'ai lu plusieurs fois car les réflexions sont intéressantes, et les solutions devront être identifiées. certains proposent la science ouverte pour tout résoudre ? Pas sûr.

Je retiens quelques points, en vous suggérant de lire l'éditorial, difficile à écrire mais avec une hauteur de vue :

  • "Jamais il n’a été aussi difficile de transmettre la réalité, oserais-je dire « la vérité », des faits scientifiques"
  • La crise de la reproductibilité est très grave, résultat d'un modèle courts et standardisé des articles, ce qui ne correspond plus à la complexité de la science : "Les scientifiques doivent remettre en question le format de la publication scientifique tel qu’il s’est imposé dans les années 1970"……  La réponse qui se profile à courte échéance est la science ouverte. C’est un défi majeur, car elle va remettre en cause nombre de nos pratiques."
  • Nous manquons de bons journalistes qui lisent les publications originales, et savent choisir celles qui sont de qualité.
  • La réflexion éthique concerne :
    1. Les essais cliniques, dont la complexité des consentements ;
    2. Le principe de non-malfaisance, nous avons à lutter contre les « vérités alternatives » ;
    3. La bienfaisance : "Quel est le sens de notre recherche ? Quelles valeurs la sous-tendent-elles ?" ;
    4. La justice : biais de genre, liens d'intérêts,…

Histoire de m/s :

m/s was founded in 1985 as the result of the cooperation between the French and Quebec governments, to support the "promotion of French language for the diffusion of scientific and medical culture". m/s was initially implemented both by Inserm (the French National Institute of Health and Medical Research), a public institute which operates under the joint authority of the French Ministry of Health and the French Ministry of Research) and SRMS (la Société de la revue médecine/sciences) in Quebec.

Since 2006, m/s is owned exclusively by Inserm, which delegated the management to EDK, which has joined the group EDP Sciences, under a public service delegation agreement.

m/s is one of Inserm’s preferred media for the dissemination of knowledge. Its editorial team is composed of Inserm researchers or directors of Inserm laboratories dedicated to m/s.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

2 commentaires

  • Si la rédaction d’articles scientifiques courts et standardisé, certes répond à un besoin de démocratisation et de pédagogie vis à vis du grand public, il perd en route l’essence même de cette discipline complexe.

    Répondre
  • « Nous manquons de bons journalistes qui lisent les publications originales, et savent choisir celles qui sont de qualité »
    C’est le moins que l’on puisse dire dans notre pays… Pourtant, des journaux comme le NYT ont eux des journalistes de grande qualité pour les sujets scientifiques. C’est donc possible

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer