Registered reports adopté par 200 revues : un bilan (66 % ne supportent pas l’hypothèse initiale) et de bonnes réflexions

Nous avons présenté plusieurs fois le modèle de publication appelé ‘Registered Reports’ ou ‘RRs’. En 2019, les RRs sont proposés par environ 200 revues, ayant été initié dans le domaine de la psychologie en 2013. Dans Nature, en septembre 2019, Chris Chambers qui a été l’un des acteurs de ce mouvement, qui préside des comités ‘RRs’ pour plusieurs revues apportent d’excellentes réflexions. Chris Chambers est aussi l’auteur d’un livre dont j’ai analysé les chapitres. rrs

Les RRs sont un modèle de publication : les auteurs soumettent un protocole à la rédaction de la revue, le protocole est reviewé et les auteurs peuvent recevoir un accord prévisionnel de publication quels que seront les résultats. Lors de la soumission des résultats, les reviewers ne discutent pas l’acceptation, mais le respect du protocole, en vérifiant que d’autres biais n’ont pas été ajoutés. Pour la revue Cortex qui a initié ce modèle, maintenant le taux d’acceptation au stade 2 est de 100 %. Les auteurs aiment ce modèle car ils peuvent donner les résultats sans les trafiquer pour plaire. Je cite C Chambers dans cet article : « An analysis this year suggests that RRs are more likely to report null findings than are conventional articles: 66% of RRs for replication studies did not support initial hypotheses; for RRs of novel studies, the figure was 55%. Estimates for conventional papers range from 5 to 20%. It is possible that researchers opt for this format when they think that null findings are likely. Nonetheless, these disparities suggest that RRs are a powerful way to counter publication bias (see ‘A brief history of Registered Reports’). And the research community cares: preliminary evidence finds that RRs are cited at levels that are comparable to or slighter higher than those for conventional articles. »

Les taux de 55 % (nouvelle étude) et 66 % (étude de reproductibilité) de publications qui ne supportent pas les hypothèses initiales ne sont pas étonnants ! Ils devraient faire réfléchir les rédactions qui n’utilisent pas les RRs !!   URGENT

Les reviewers améliorent bien les protocoles soumis, mais le modèle RRs ne correspond pas à toutes les recherches. Les RRs deviennent populaires auprès des jeunes, surtout quand certains ont un taux d’acceptation proche de 100 % : des recherches sont listées plus tôt sur des CVs car la publication finale n’existe pas encore.

Des progrès peuvent être envisagés en matière de transparence, de standardisation et d’efficacité.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer