Auteurs de courtoisie en chirurgie : toujours une pratique fréquente dans les revues prestigieuses on non

Courtesy JAMA surgeryLe JAMA Surgery (18 septembre 2019) a publié un article sur les pratiques des auteurs en chirurgie. Le rédacteur du JAMA Surgery est co-auteur avec cinq autres chirurgiens américains. Le titre évoque les auteurs de courtoisie, terme peu habituel. Les termes de gift ou guest authors (auteurs cadeaux ou auteurs honoraires) et ghost authors (auteurs fantômes) sont plus fréquents.

Ces auteurs ont déterminé la prévalence des auteurs ajoutés (courtesy/gift/guest) dans des articles de revues de chirurgie. Du 15 juillet au 27 octobre 2017, un sondage a été mené auprès des premiers auteurs et des auteurs séniors d'articles originaux, de revues de littérature, et d'essais cliniques publiés entre 2014 et 2015 dans huit revues chirurgicales classées comme ayant un facteur d'impact élevé ou faible. Voici une traduction des résultats du résumé de l'article :

Au total, 203 premiers auteurs et 254 auteurs séniors ont répondu (sur les 369 répondants qui ont fourni des données sur le sexe, 271 étaient des hommes et 98 étaient des femmes), la plupart participants à des programmes universitaires (premiers auteurs, 116 sur 168 [69,0 %] ; auteurs principaux, 173 sur 202 [85,6 %]). Au total, 17,2 % des répondants (42 sur 244) ont déclaré avoir ajouté des auteurs de courtoisie aux publications de l'enquête : 20,4 % par les premiers auteurs (32 sur 157) et 11,5 % par les auteurs séniors (10 sur 87), mais 53,7 % (131 sur 244) ont déclaré avoir ajouté des auteurs de courtoisie sur des publications antérieures et 33,2 % (81 sur 244) avaient été ajoutés comme auteur cadeau dans le passé. Bien que 45 des 85 auteurs séniors (52,9 %) pensent que le nombre d'auteurs de courtoisie a diminué, 93 des 144 premiers auteurs (64,6 %) pensent que ce nombre n'a pas changé ou a augmenté (P = .03). Il n'y avait pas de différence dans l'incidence des auteurs de courtoisie pour les revues à facteur d'impact faible par rapport aux revues à facteur d'impact élevé. Les premiers auteurs (29 sur 149 [19,5 %]) et les auteurs séniors (19 sur 85 [22,4 %]) ont tous deux fait état de pressions en faveur de la courtoisie, mais les pressions externes étaient plus fortes pour les revues à faible impact que pour celles à impact élevé (77 sur 166 [46,4 %] contre 60 sur 167 [35,9 %] ; P = .04). Plus d'auteurs dans les revues à faible impact que dans les revues à fort impact pensaient que la courtoisie était moins dommageable pour le milieu universitaire (55 sur 114 [48,2 %] contre 34 sur 117 [29,1 %]). Dans l'ensemble, les auteurs séniors ont fait état de résultats plus positifs que les premiers auteurs en ce qui a trait à la courtoisie (p. ex., amélioration du moral et évitement des conflits d'auteurs).

Conclusions and Relevance :

Le recours à la courtoisie est courant chez les premiers auteurs et les auteurs séniors dans les revues à faible impact et les revues à fort impact. Il y a différentes perceptions, pratiques et pressions en faveur de la pratique de la courtoisie en tant qu'auteur pour les premiers auteurs et les auteurs séniors. Comprendre ces pratiques mènera à une meilleure éducation pour éliminer cette pratique.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer