Les critiques des jeunes chercheurs, sources de progrès, sont souvent délétères pour leurs carrières

ErruerVoici le dernier paragraphe d'une opinion publiée dans Nature le 2 janvier 2020. Ce paragraphe résume bien une situation commune, à savoir que la critique, souvent salvatrice, des étudiants et jeunes chercheurs est dangereuse pour leur carrière !

Le texte tient sur une page, est facile à lire. Vous pouvez l'afficher dans une salle de staff.

Il est temps d'être plus aimable envers ceux qui critiquent et d'exiger plus de responsabilité et d'humilité de la part de ceux qui sont au pouvoir. Au lieu de punir les gens qui signalent des erreurs, nous devrions nous empresser de les embaucher, de leur donner des prix et de leur accorder des subventions pour qu'ils puissent continuer à améliorer la science. Le moins que nous puissions faire est d'offrir un espace pour la critique fondée sur les faits, à l'abri de l'intimidation et des représailles. C'est seulement grâce à ceux qui détectent les erreurs que nous pouvons proclamer que la science s'autocorrige.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer