COVID-19 : les revues scientifiques françaises ont bien informé les professionnels, et les médias n’ont pas à juger la preuve scientifique

Contrairement aux moulins à parole 24/24 et 7/7 de ces médias télévisés invitant des pseudo-experts n'ayant rien à dire, les PMF revues scientifiques ont participé aux débats avec raison. Le peer-review améliore les articles et demande un peu de temps. Nos revues scientifiques françaises ont fait pour le mieux. Il y a eu énormément d'informations COVID-19 sur les sites des sociétés savantes, et parfois dans leurs revues. IMPRESSIONNANT !

La Presse Médicale Formation a mis en ligne de courts éditoriaux sur la COVID-19. Parmi ceux-ci, je reprends la fin de l'éditorial de Gérard Lorette intitulé "COVID-19-Jounral de bord-13/05/2020 – Les médecins, les chercheurs… et les médias". Je cite la conclusion : Pendant cette épidémie, on a été rassuré de savoir que les médecins faisaient leur travail avec sérieux et compétence auprès des malades ou dans leurs laboratoires. Certains ont essayé d’apporter avec prudence un éclairage sur la maladie en cours, d’autres plus imprudents se sont aventuré sur la scène médiatique pour donner des avis ; ils ont souvent été incités à parler de ce qu’ils ne savaient pas et ils ont rapidement été contredits par les faits. Les médias de l’immédiat ne parlant que de la COVID-19 du matin au soir (et même la nuit), de façon peu critique avec des informations non analysées et des commentaires infantilisants ont surtout participé à renforcer l’inquiétude générale. Il m’a semblé que les médecins n’étaient pas à leur place dans ce déluge de communication, où, malgré leur présence, l’analyse scientifique était le plus souvent absente.

J'ai soumis un éditorial centré sur l'intégrité scientifique avec le titre "COVID-19-Jounral de bord – 20/05/2020  – Les médias n'ont pas à juger de la preuve scientifique". Je cite un paragraphe : L’éthique d’un institut de sondage, du journal Le Parisien, et des politiques qui ont lancé une pétition,est inquiétante pour la démocratie. L’efficacité d’un médicament ne peut pas être établie grâce à un sondage du public. Estce qu’un ancien ministre de la santé qui a été garant du bon fonctionnement de l’ANSM peut s’affranchir des règles élémentaires pour établir efficacité et sécurité du médicament? Estce que des anciens directeurs d’agences de santé peuvent s’affranchir de règles qu’ils ont défendues pendant leurs mandats ? Vaton décider de l’activité d’un anticancéreux par sondage? N’eston pas en train de reproduire ce que l’on a reproché au Médiator ?

Nous ne nous sommes pas concertés avec G Lorette, nos points de vue étaient proches, car nous défendons la conduite responsable de la recherche.

Liens d'intérêts : Avec G Lorette, nous participons au comité de rédaction de La Presse Médicale Formation. Le peer-review de mon éditorial a été fait en 10 jours environ, avec 3 relecteurs.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

4 commentaires

  • Vous vous accordez gentiment un blanc-seing sur la qualité de l’information de la presse médicale dans cet épisode du covid… qui au contraire a été en dessous-de tout, et a complètement désinformé les médecins surtout de ville.
    Dés le départ il suffisait de prendre connaissance de qui était le Raoult, cet escroc parenté, cette puanteur sordide et grotesque, ce faussaire grotesque de bêtises, d’incompétence et de suffisance avec son institut de merde, et ses soi-disants milliers de publications dans les revues de copains et de coquins.
    Le plus grave est que tout le monde pouvait le savoir, et que personne de son institut de merde n’a jamais bronché sauf de façon anecdotique.
    Ce pet médicastre, ce pseudo-scientifique avait tous les moyens de refourguer une vieille idée d’utiliser la chloroquine dans une affection virale, qui avait été de surcroit montrée être totalement inefficace .. en 2005. Et il n’en a rien fait, se contentant de vendre ses insanités à la télé et sur YouTube.
    Ce crétin de Raoult et sa bande ont confirmé qu’à Marseille, le Gaudin ou le Muselier pour prendre 2 exemples d’aficionados du Raoult,la bêtise comme les sardines ont encore de beaux jours.

    Répondre
  • Bonjour,
    merci pour votre commentaire. Je sais que certaines revues scientifiques, comme des journaux grand public, ont relayé sans esprit critique les informations de Raoult.
    Tout ceci a mis en évidence une absence d’esprit critique dans le public (nous le savions), chez les journalistes grand public (ils cherchent l’audience et préfèrent des croyances aux connaissances), parfois quelques journalistes scientifiques ont été ‘tolérants’ et complices en se taisant.
    Par contre, ce qui est surprenant, c’est l’absence d’esprit critique de certains médecins. Cela montre une insuffisance de formation à l’esprit critique lors des études.
    Les fake news prennent l’ascenseur, les vérités l’escalier.
    Trop de personnes n’ont pas voulu s’opposer ouvertement à des politiques qui ont confondu politique et science !!
    Cordialement

    Répondre
  • Il n’est pas sûr qu’un ton ordurier soit approprié pour faire accepter ce qu’on pense. Le manque de sérénité est bien ce qui a manqué dans la médiatisation de l’épidémie de Covid19.
    La plupart des médias (au sens très large) ont instrumentalisé les controverses pour capter de l’audience et véhiculer leurs préjugés politiques. Beaucoup de journalistes ont fait preuve à cette occasion d’une absence de culture scientifique et d’esprit critique qui est incompatible avec les missions qu’ils s’arrogent.
    J’estime pour ma part qu’en démocratie il incombe au « quatrième pouvoir » de délivrer au public une information impartiale et documentée, fondée (comme la médecine !) « sur des preuves ». Dire ce qu’on sait de source sûre et ne rien dire de ce qu’on ne sait pas, voilà la règle du bon journalisme. Il est donc souhaitable que la presse enquête sur les preuves scientifiques afin de faire connaître leur valeur – mais certes cela exige une compétence et n’a rien à voir avec un « jugement » subjectif !
    Puisse la crise que nous connaissons faire progresser les choses dans ce sens.

    Répondre
  • Merci Monsieur Rimbaud.
    Vous avez raison sur le caractère inutile des insultes dans les commentaires dans la presse pour juger y compris d’un certain nombre d’insanités parfois scientifiques.
    Mais il y a un moment où trop c’est trop. Et voir ce porc grotesque de Raoult vendre sa semoule avec la complicité de tous les media, sans compter YouTube et les journaux paroissiaux, tout son institut où pas un pas un seul n’a bronché, met forcément en colère.
    Ces mêmes de son institut ont trouvé normal que pendant des années le porc exerce un droit de cuissage en rajoutant son nom sur les articles même bidons dans des revues de copains et coquins.
    Vous avez tort quand vous concluez qu’il ne faut pas confondre politique et science, puisque le porc rêverait maintenant après avoir déshonoré la médecine française… d’une carrière politique à Marseille bien sûr… CQFD

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

– –

Vous pourriez aussi aimer

vel, id, Donec ultricies Phasellus felis