Baromètre COVID-19 : l’image des sciences vue par les citoyens avec stabilité des attitudes, ambivalence et régime d’exception

CnrsLe Journal du Cnrs a publié le 18 juin 2020 un point de vue de M Dubois : 'La crise a-t-elle changé notre regard sur la science ?'. Il s'agit des informations principales du Baromètre Covid-19 à la suite d'un questionnaire mis en ligne entre le 26 et 31 mai 2020 (enquête auprès de 5000 personnes représentatives de la France métropolitaine, plus de 18 ans). C'est bien fait et le site vous permet d'accéder à beaucoup d'informations, à l'équipe, aux billets du blog et aux données des enquêtes. Vous pouvez participer à cette initiative. L'article du journal du Cnrs mérite lecture et il explique les trois messages principaux :

  • La stabilité des attitudes à l'égard de la science. C'est rassurant avec toutes les inepties propagées par TV en continu et réseaux sociaux. Je cite : Au total 77 % de la population interrogée considère, compte tenu de l'état de la science sur le coronavirus, d'avoir ni plus ni moins confiance dans la science qu'auparavant.
  • La forte ambivalence à l'égard non de la science en tant que telle, mais de ses usages, réels ou supposés. Les chercheurs sont des gens dévoués qui travaillent pour le bien de l'humanité (86 % d'accord), et Les chercheurs servent trop souvent les intérêts de l'industrie, notamment pharmaceutique (73 % d'accord).
  • Un régime d'exception opposerait l'éthique du traitement au respect scrupuleux des règles et des normes de l'intégrité scientifique : "Il a été proposé aux enquêtés de trancher entre deux opinions : d’une part celle selon laquelle Les médecins devraient attendre les résultats des essais scientifiques avant d’administrer les médicaments susceptibles de combattre le virus, de l’autre celle selon laquelle Les médecins doivent pouvoir prescrire des médicaments susceptibles de combattre le virus même si leur efficacité n’a pas été prouvée scientifiquement. Si la première proposition recueille sans surprise une large majorité — 57 % —, la thèse du régime d’exception n’en rallie pas moins près de 42 % de la population enquêtée, et seul 1 % ne se prononce pas." Une information importante et rassurante (allez voir la figure) : "Les classes d’âge entre 18 et 29 ans semblent aisément trancher en faveur du respect scrupuleux de la méthode scientifique, là où les classes d’âges de 60 ans et plus, davantage préoccupées par le virus, se montrent plus attentives à la liberté accordée à leurs médecins d’utiliser des traitements n’ayant pas nécessairement reçu une forme de certification institutionnelle."

Beaucoup d'informations intéressantes dans ce journal du Cnrs.

Lien d'intérêt : je connais l'auteur.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

2 commentaires

  • Le journal du CNRS aurait-il publié une enquête d’opinion qui conforterait l’opinion inverse?
    La notion d’effet retard d’une substance est bien connue des pharmacologues.
    Et si l’image des sciences dans le public nécessitait un certain temps de latence après la retombée des émotions pour se trouver modifiée ?
    Parce que la question du sens de la science ne peut pas travailler les esprits quand on songe à sauver sa peau.

    Répondre
  • « Parce que la question du sens de la science ne peut pas travailler les esprits quand on songe à sauver sa peau. »
    Ah !?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

– –

Vous pourriez aussi aimer

tempus Praesent nunc nec in Phasellus Praesent venenatis, ut ultricies libero