Les fraudes de La Maison de l’Artemisia vont-elles continuer après la rétractation de 2 articles ? Caution inadmissible de C Perronne !

Retracted Malaria_La maison de l'Artemisia est une association vaseuse qui fait la promotion d'une tisane Retracted Bilharziosis_avec de l'Artemisia pour traiter le paludisme et la bilharziose. Une orthodontiste, Lucile Cornet-Vernet, a du avoir des illuminations d'après le site de l'association : "Rien ne prédisposait Lucile Cornet-Vernet à devenir une figure de la lutte contre le paludisme. Sa vie bascule en 2012 quand elle apprend qu’une simple plante, qui pousse en Afrique, bue en tisane, pourrait guérir de la maladie qui accable tout le continent." Ce truc est fumeux.. il y a un livre, des maisons de l'Artemisia, est-ce une secte… vous pouvez faire un don, c'est de l'humanitaire, etc…  Le problème, c'est l'absence totale de données validées sur l'efficacité de cette tisane ! Ils auraient traité 3 millions de malades, mais je crois qu'il y a encore du palu et de la bilharziose en Afrique !

Leur heure de gloire a été la publication de deux articles dans la revue Phytomedecine fin 2018 et en 2019 sur des essais cliniques fait au Congo. Bien sûr ces essais montraient l'efficacité de leur tisane. Le premier auteur s'appelle Jérôme Munyangi (actuellement il cherche de l'argent pour tester son truc dans la COVID-19… article du Monde Afrique du 18 juin 2020).

L'histoire est très bien décrite dans une série de tweets de Florian Naudet et dans un billet de RetractionWatch du 5 août 2020.

Félicitons les experts français qui ont persévéré pour écrire à la revue et montrer les fraudes : Xavier Argemi, Yves Hansmann et Nicolas Meyer (CHU Strasbourg), Jean Gaudart (AP-HM Marseille), André Gillibert (CHU, Rouen), Eric Caumes et Stéphane Jauréguiberry (Pitié Salpétrière, Paris). Ils sont signataires d'une lettre publiée dans Phytomedicine en septembre 2019. Il a fallu presque deux ans pour que ces articles soient rétractés car le rédacteur de Phytomedicine n'a pas été très aidant, ni Elsevier, ni d'autres membres de la rédaction. En pratique la base de données est totalement fraudée (je l'ai vue), et l'essai pas clair. Il y a eu des combats homériques, avec des lettres recommandées, et les institutions ont été totalement absentes… On en vient à se demander pourquoi des référents intégrité scientifique existeraient, notamment à la Faculté de Médecine Paris IDF Ouest….! Eh oui, l'un des auteurs est Christian Perronne…   il est dans tous les coups foireux ! D Raoult n'a pas signé ces articles.

Ces articles ont 14 auteurs, avec J Munyangi (Congo) en premier auteur, et notre fameuse orthodontiste en 2ème auteure…  Cela ne surprend personne de voir une orthodontiste faire des essais cliniques au Congo ! Les affiliations des auteurs sont : Congo, France, USA, Luxembourg, Belgique…. 

L"association de la Maison de l'Artemisia semble aller bien, sans être inquiétée ni par l'Agence du médicament ni par la répression des fraudes.. La vie est belle, sauf pour les malades ayant du paludisme ou de la bilharziose, mais c'est un détail. Peu d'articles de presse, mais félicitons l'Express du 20 août avec un titre clair : "Deux études cosignées par le professeur Perronne sur la tisane d'Artemisia rétractées"

PS : L'artemisine est un antipaludéen qui a valu un prix Nobel. Je ne pense pas que L Cornet-Vernet et C Perronne auront un prix Nobel.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

3 commentaires

  • Bonjour.
    Vous écrivez : « L »association de la Maison de l’Artemisia semble aller bien, sans être inquiétée ni par l’Agence du médicament ni par la répression des fraudes.. »
    Que peut-on reprocher à ces gens qui tomberait sous le coup de la Loi française ?
    Moi aussi j’ai vu le fichier excel avec des copier-coller partout.

    Répondre
  • Bonsoir
    fabriquer et promouvoir un produit à des fins thérapeutiques nécessite un statut d’établissement pharmaceutique au minimum.
    Vendre et prescrire un médicament pour traiter une maladie nécessite une autorisation de mise sur le marché, délivrée par l’Agence de sécurité sanitaire des produits de santé.
    Cdlmt

    Répondre
  • Je pense qu’en tant qu’association collectant des dons, on peut leur reprocher d’alléguer les bienfaits thérapeutiques d’une plante sans en avoir de preuve. Les donateurs sont alors dupés, pensant que leurs dons serviraient à lutter efficacement contre le paludisme alors qu’ils seraient perdus dans des actions dont l’efficacité serait inférieure à celle annoncée, voire totalement inefficaces, voire susceptibles d’aggraver l’endémie, si les craintes d’inefficacité de de développement de résistances de l’OMS s’avéraient réelles (https://www.who.int/fr/publications-detail/the-use-of-non-pharmaceutical-forms-of-artemisia)
    Dans le pire des cas, les donateurs penseraient participer à une action humanitaire mais participeraient en réalité à une action anti-humanitaire.
    Cela relèverait alors de la répression des fraudes (DGCCRF), qui gère les arnaques et les problèmes de publicité mensongère.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

– –

Vous pourriez aussi aimer

sit Phasellus mi, sed mattis dolor. tristique eleifend venenatis leo amet,