Symptômes d’un système défaillant : les écarts entre les sexes dans le processus décisionnel de COVID-19

Le titre de ce billet est celui d'un article de BMJ Global Health de début octobre 2020. Les disparités hommes / femmes sont connues et toutes les sociétés veulent les diminuer… en disant que cela va demander du temps pour des raisons diverses…  NO COMMENT.

Dans le cas de la COVID-19, ce sont des conseils scientifiques qui ont été créés de novo, donc la parité était facile à appliquer. Ces auteurs ont examiné la parité dans 115 comités théodules de 87 pays (tableau 1), et 7 comités 'globaux' comme OMS, EU (tableau 2).

Les résultats sont ceux qui étaient attendus. En lisant les tableaux, j'ai noté les pays ayant au moins un comité avec

  • 50 % de femmes ou plus : Afrique du Sud, Albanie, Autriche, Belgique, Canada, Equateur, Ethiopie, Finlande, Japon, Pays-bas, Comité Delfrayssy Portugal, Suède et USA ; notons que Finlande et Pays-Bas, avec 67 % de femmes ne respectent pas la parité !
  • zéro femme : Arabie Saoudite, Irak, Italie, Laos, Lituanie, Mali, Myanmar, Philippines et Thaïlande.

Les deux comités français sont considérés, avec respectivement 18,2 et 41,7 % de femmes. En France, comme dans les autres pays, ils n'ont pas compté les femmes qui servaient le café et tenaient le parapluie ! ETONNANT !

Je vous laisse rêver avec les conclusions principales :

  • Malgré de nombreux engagements mondiaux et nationaux en faveur d'une gouvernance mondiale de la santé incluant le genre, COVID-19 a suivi le modus operandi habituel – excluant la voix des femmes. Seuls 3,5 % des 115 groupes d'experts et groupes décisionnels identifiés dans le cadre de COVID-19 ont une composition paritaire, tandis que 85,2 % sont majoritairement masculins.
  • Le manque de représentation est l'un des symptômes d'un système défaillant où la gouvernance n'inclut pas le genre, la géographie, l'orientation sexuelle, la race, le statut socio-économique ou les disciplines hors de la santé – excluant en fin de compte ceux qui offrent des perspectives et expertises uniques.
  • Les systèmes de santé fonctionnels nécessitent un changement radical et systémique qui garantisse que les représentations diversifiées soient la norme – plutôt que l'exception.
  • Une communication et une prise de décision ouvertes, inclusives et transparentes doivent être privilégiées par rapport aux formes de gouvernance à huis clos ou traditionnelles.
Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

– –

Vous pourriez aussi aimer

ut mattis Donec sed amet, Phasellus felis