En 20 ans, très légère amélioration de la qualité des articles d’essais cliniques dans les revues prestigieuses, mais encore mauvais

Nnt Jama Intern MedCette lettre de JAMA Internal Medicine le 23 novembre 2020 représente un énorme travail pour un message terrifiant. En 1998, moins de 5 % des articles rapportant des résultats d’essais cliniques, mentionnaient les NNT, NNH et AAR. Les lignes directrices CONSORT recommandent de présenter ces paramètres indispensables pour comprendre le niveau d’efficacité d’un médicament. Trop de publications se contentent de risques relatifs, alors que les risques absolus sont indispensables pour évaluer un effet.

Le NNT (Number Needed to Treat) s’appelle NST (Nombre de Sujets à Traiter) en français : je passe la méthode de calcul qui est simple. « Le NST est le nombre de patients à traiter pendant une période donnée pour éviter l’apparition d’un évènement défavorable. » Le NST s’exprime en nombre de patients par unité de temps. Le NST idéal est 1 : dans ce cas, chaque patient s’améliore avec le traitement étudié et aucun patient ne s’améliore spontanément dans le groupe placebo. Plus le NST est grand, moins le traitement est efficace.

Le NNH (Number Needed to Harm) est le nombre de patients à traiter pour voir apparaitre un effet indésirable (number needed to harm). L’AAR (Absolute Risk Reduction) est aussi un paramêtre indispensable pour interpréter un essai : Réduction du Risque Absolu.

Dans cette lettre, les auteurs ont inclu tous les essais de 6 revues (NEJM, Lancet, JAMA, BMJ, JAMA Intern Med, Annals Intern Med) et ont recherché les paramètres (AAR, NNT et NNH) dans ces articles. Ils ont les données pour 2001, 2007, 2013 et 2019 afin de comparer les évolutions. Au total, ce sont 875 essais cliniques contrôlés qui ont été inclus. Les résultats sont bien décrits, mais affolants : sur les 875 articles, 76 (8,7 %) avaient un NNT, 8 (0,9 %) un NNH, et 249 (28,5 %) un AAR !!  Ce sont 292 (33,4 %) qui avaient au moins un de ces 3 paramètres. Une amélioration au cours du temps a été observée. Très peu, trop peu pour apprécier la taille des effets… Les plus mauvais étaient les essais en oncologie !!  Pas surprenant ! Ces paramètres étaient plus fréquents lorsque les essais étaient dits ‘significatifs’.

Si en 20 ans, CONSORT a permis d’obtenir qu’environ 25 % des publications contiennent ces paramètres explicatifs, combien d’années faudra-t-il pour arriver à plus de 50 %, voire 75 %.

Merci à F Naudet pour son tweet

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer