suisse

Actualisation du code d’intégrité scientifique suisse

Ce document de 38 pages publié en 4 langues en mai 2021 par les Académies suisses des sciences est bienvenu. Il est très complet. L’objectif était de mettre à jour les ‘Principes de base et procédures concernant l’intégrité dans la recherche scientifique’ de 2008. En plus de 10 ans, l’environnement a changé, ne serait-ce qu’avec les réseaux sociaux et le développement des principes de la Science ouverte. Ce code est en adéquation avec le code européen ALLEA. Une commission d’experts a travaillé sous la houlette des Académies et en collaboration avec la Conférence des recteurs ‘swissuniversities’, le Fonds national suisses et l’agence de promotion Innosuisse. Il mérite lecture, et je ne commente que quelques points.

Dans le document de synthèse, je reprends un paragraphe ‘La question de savoir si des comportements fautifs devaient être dénoncés anonymement n’a pas suscité l’unanimité lors de la table ronde. Le nouveau code prévoit cette possibilité à certaines conditions. De l’avis des partisans, cela est utile pour les membres d’une équipe pour qui il est risqué d’affronter de respectables supérieurs hiérarchiques. Pour les adversaires, des dénonciations anonymes pourraient être utilisées pour nuire à une concurrence indésirable. De plus, la chance d’apprendre mutuellement quelque chose les uns des autres et de se rapprocher serait perdue. « La dénonciation anonyme a aussi été controversée au sein de la commission », a admis son président. Il s’agit maintenant, selon lui, d’engranger des expériences avec le règlement choisi, d’autant plus qu’un consensus fait encore défaut à l’échelle internationale.’

  • La fiabilité, l’honnêteté, le respect et la responsabilité constituent les principes fondamentaux sur lesquels repose l’intégrité scientifique. Ils définissent les conditions préalables à l’indépendance et à la crédibilité de la science et de ses disciplines, à la traçabilité et à la reproductibilité des résultats de la recherche et à leur acceptation par la société. Il incombe aux institutions scientifiques, en tant que systèmes fonctionnant selon des règles spécifiques, de mettre en place des structures et des conditions-cadres qui encouragent et exigent le respect de l’intégrité
    scientifique.
  • FIABILITÉ, autrement dit : garantir la qualité de la recherche et de l’enseignement, en particulier dans leur conception, leur méthodologie et leur analyse, afin de maximiser la crédibilité et la confiance accordée à la science. Elle inclut la transparence et la traçabilité.
  • HONNÊTETÉ, autrement dit : élaborer, concevoir, mettre en oeuvre, examiner, évaluer, déclarer et faire connaître la recherche et l’enseignement d’une manière transparente et en visant la plus grande impartialité.
  • RESPECT envers les collègues scientifiques, les personnes en formation, les participants aux études et à la recherche, la société, le patrimoine culturel, les écosystèmes et l’environnement, tout en tenant compte de la diversité des personnes concernées et en reconnaissant la spécificité de leur parcours.
  • RESPONSABILITÉ assumée dans toutes les activités de recherche, de l’idée à la publication ou au transfert de connaissances, leur gestion et leur organisation, ainsi que pour la formation.

Merci à Michelle Bergadaà

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer