Les rétractations d’articles pour fraude et plagiat sont un phénomène très masculin

Pas la peine de revenir sur les inégalités entre les sexes dans les publications, les comités de rédaction, etc… tant il est flagrant que les femmes sont sous-représentées ! Le site Retraction Watch liste les 31 chercheurs ayant le plus d’articles rétractés (de 25 à 183 articles rétractés) et tous sont des hommes : l’inégalité entre les sexes est flagrante !

Je félicite Evelyne Decullier avec laquelle j’ai eu la chance de travailler..  Bonne analyse qui a demandé du travail sur les rétractations, et publiée dans Accountability in Research en octobre 2021. Identifier les sexes des auteurs demande de la rigueur et plusieurs systèmes existent. En bref, la proportion de femmes (premier auteur) parmi les rétractations semble similaire à la proportion de femmes (premier auteur) dans les publications. Les hommes ont des articles rétractés pour fraude quand les femmes ont surtout des articles rétractés pour erreurs. le plagiat semble plus fréquent chez les hommes.

decullier 1Voici le résumé : ‘Bien que la sous-représentation des femmes dans les publications soit un fait avéré, il n’existe aucune information sur sa contrepartie : les rétractations. En utilisant une cohorte de rétractations précédemment étudiée, le sexe du premier auteur a été vérifié manuellement pour voir s’il y avait un modèle similaire dans les raisons de rétractation pour les femmes et les hommes auteurs. Sur 120 rétractations, le sexe a été identifié pour 113 (94,2%). Au total, 42 rétractations (37,2%) concernaient des publications dont les auteurs étaient des femmes et les raisons de la rétractation étaient significativement différentes entre les auteurs hommes et femmes. Dans l’ensemble, la fraude et le plagiat représentaient respectivement 28,6 et 59,2% des rétractations d’auteurs féminins et masculins. Ces résultats peuvent avoir des implications en ce qui concerne la formation à la conduite responsable dans la recherche ; cependant, en l’absence d’une enquête plus approfondie sur des cohortes plus importantes et d’une meilleure compréhension des mécanismes sous-jacents, il serait prématuré de tirer des conclusions fermes à ce stade.’

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer