Les pratiques des ‘Usines à papiers’ mieux connues, grâce à des investigations d’un site russe

Les ‘paper mills’ ou ‘usine à papiers’ ont été décrites depuis 3 ans environ. Nous avions évoqué ces pratiques en 2020…  mais depuis de nombreuses séries de rétractations d’articles ont été faites par différentes revues. Les ‘Academic ou Research paper mills’ ont été définies dans Wikipedia : ‘profit oriented, unofficial and potentially illegal organisation that produce and sell fraudulent manuscripts that seem to resemble genuine research‘. Définition générale pour des pratiques qui semblent développées en Chine, Russie, Iran,… et en augmentation probablement. En mars 2021, un article détaillé dans Nature a donné de nombreux exemples et témoignages. Le titre de cet article : ‘The fight against fake-paper factories that churn out sham science’.

Des analyses approfondies d’un site russe apportent des informations sur ce phénomène. Un très long billet du 20 décembre 2021 sur RetractionWatch (RW) et un preprint déposé le 26 décembre sur arXiv (pdf 31 pages) par une chercheuse de l’Université libre de Berlin… Courageux de travailler sur ce sujet.

Sur RW, il y a une analyse détaillée de cette usine International Publisher avec le site principal en russe 123mi.ru. C’est écrit par 3 personnes : Brian E. Perron, Oliver T. Hiltz-Perron, Bryan G. Victor, et non signé par les rédacteurs de RW, avec des témoignages, et la suspicion de milliers d’articles fabriqués. Il existe une dizaine de sites mirroir, pas très clairs. Il y a surtout une traduction en anglais de la page d’ouverture de ce site. Je l’ai reprise ci-dessous. En pratique, ils recherchent des articles refusés auprès d’auteurs pour les reprendre, ajouter des auteurs et les publier. Ils inventent des articles soit de novo, soit à partir de données transmises par des chercheurs, et surtout ils vendent des positions d’auteurs à des chercheurs qui les achètent. Ces usines ont des rédacteurs biomédicaux qui vont vite et manipulent les revues… Les articles sont en vente sur le site russe, et disparaisse après avoir été vendus.

paper mill russie

Voici le résumé traduit du preprint de arXiv (je n’ai pas retenu le terme de papeterie proposé par le traducteur, mais plutôt usine ou fabrique) : Cette étude tente de détecter les articles provenant de l’usine russe ‘International publisher’ LLC. Un total de 975 offres publiées au cours de la période 2019-2021 sur le site web ont été analysées. L’étude nous a permis d’identifier au moins 303 articles (31 %) qui sont potentiellement liés à l’usine. D’autres preuves de la provenance suspecte sont fournies : correspondances dans le nombre de créneaux de coauteurs, l’année de publication, le pays de la revue, le pays d’un créneau de coauteurs et les similitudes des résumés. Cette étude démontre également les anomalies de collaboration et le phénomène de collaboration suspecte dans les articles douteux et examine les prédicteurs de la fabrique d’articles russe. La valeur des créneaux de coauteurs offerts par International Publisher LLC en 2019-2021 est estimée à 6,5 millions de dollars. L’étude ayant analysé une usine à papier particulière, il est probable que le nombre d’articles dont la paternité est falsifiée soit beaucoup plus élevé.

Il y a des conseils pour les rédacteurs de revue afin de ne pas se faire piéger.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer