corona jama

Des revues qualifiées ‘revues COVID-19’ diffusent-elles moins de recherches hors COVID-19 ?

Des revues prestigieuses ont énormément publié d’articles sur la pandémie COVID-19. C’était très utile. Beaucoup a été dit sur la place des recherches COVID-19 dans les revues biomédicales. Est-ce que les recherches COVID-19 sont acceptées par les revues au détriment de recherches non-COVID-19 ? Est-ce que des revues deviennent des revues COVID-19 ? Nous sommes deux ans après le début de cette pandémie qui a apporté de nombreux progrès scientifiques. Regardons par exemple la semaine du 19 février 2022 dans les revues du groupe JAMA avec 20 articles de recherche COVID-19 en une semaine :

  • JAMA : 6 articles de recherche, 4 articles d’opinions, 6 articles ‘news & insights’ ; n’oublions pas des félicitations pour un article important d’origine française (image ci-contre) ; Elie Azoulay en premier de 28 auteurs et un article majeur avec les données de 23 services de réanimation français pour une azoulayconclusion intéressante ; voir les Key Points en bas de ce billet ;
  • JAMA Internal Medicine : 2 articles de recherche ;
  • JAMA Network Open : 11 articles de recherche, un article d’opinion ;
  • JAMA Ophtalomology :  1 article de recherche, un article d’opinion.

Pour le NEJM, c’est aussi plusieurs articles COVID-19 par semaine. Pour 10 revues médicales prestigieuses, il a été montré que les publications non-COVID-19 avaient probablement pris des créneaux d’autres thèmes ; les publications non-COVID-19 avaient diminué de 18 % par rapport aux publications d’avant la pandémie.

Dans le JAMA, l’article intitulé ‘When Physicians Spread Unscientific Information About COVID-19‘ examine des cas de médecins américains diffusant de fausses informations. C’est long et difficile pour arriver à les condamner…  comme en France car ils courent toujours. Pourtant la communauté scientifique, le public pensent qu’ils devraient être condamnés. Des désinformateurs ont un diplôme de médecin !

Key Points de l’article français du JAMA:

Question  Is the risk of posttraumatic stress disorder (PTSD) symptoms in family members of intensive care unit (ICU) patients with acute respiratory distress syndrome (ARDS) due to COVID-19 different from that of family members of patients with non–COVID-19 ARDS?

Findings  In a prospective cohort study of 517 family members of ICU patients, PTSD-related symptoms at 90 days after ICU discharge were significantly more common in family members of patients with COVID-19 ARDS compared with non–COVID-19 ARDS (35% vs 19%). In a multivariable analysis adjusting for age, sex, and level of social support, COVID-19 ARDS was independently associated with PTSD-related symptoms in family members (odds ratio, 2.05).

Meaning  ARDS due to COVID-19 was associated with a greater risk-adjusted rate of PTSD symptoms among family members compared with ARDS from other causes.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer