Une rétractation surprenante mais honnête : un cas inventé (suicide d’un vieillard en Alaska) à partir de faits réels, et qualifié de ‘libertés créatives’

Cette notice de rétraction du 11 mars 2022 dans le JAMA est spontanée. Un chercheur américain (S Shah) demande de rétracter un article qu’il a publié en 2000 dans le JAMA. Cet article, dans la rubrique A piece of my mind s’intitulait ‘Five miles from tomorrow‘. Le cas décrit était la reconstitution de faits réels survenus chez plusieurs personnes… C’était une ‘liberté créative’ sans le dire. Cette rétractation montre retraction shahqu’il n’est jamais trop tard…  mais faut-il rétracter tous les articles qui posent des problématiques semblables ? L’auteur justifie la rétractation en citant 6 de ses publications. Je traduis cette rétractation :

À l’époque, je pensais à tort que les libertés créatives étaient acceptables dans cette section du journal. En 2001, j’ai pris conscience de cette erreur de caractérisation après qu’une objection ait été soulevée et j’ai publié une lettre de réponse avec une explication. À la lumière de l’accent mis aujourd’hui sur l’inclusion et d’une meilleure compréhension des effets que même des erreurs involontaires peuvent avoir sur l’expérience des populations sous-représentées et marginalisées, je me rends compte que cet article peut avoir renforcé par inadvertance des stéréotypes ou avoir mal caractérisé des personnes amérindiennes et autochtones de l’Alaska.

Depuis sa publication il y a plus de vingt ans, la sensibilité à l’équité, à la diversité et à l’inclusion est devenue encore plus essentielle en médecine. Bien que le contenu de cet article n’ait pas été conçu pour être irrespectueux, il peut être perçu comme tel dans une optique moderne. Par conséquent, je demande que l’article soit retiré.

Au cours des 23 dernières années, une partie de mon travail a porté sur la réduction des disparités en matière de couverture d’assurance santé maternelle et infantile, d’accès aux traitements et de défense des enfants. Ce travail m’a permis de mieux comprendre comment les groupes sous-représentés et marginalisés peuvent manquer de respect, notamment en ce qui concerne les traditions culturelles.

La réévaluation de ces travaux passés m’aide à progresser vers une appréciation plus complète de l’équité et de l’inclusion. De plus, ma vision personnelle de la manière dont cette histoire peut être bouleversante est beaucoup plus large aujourd’hui qu’elle ne l’était au moment où elle a été publiée, alors que j’étais interne, il y a presque un quart de siècle.

Cette demande de rétractation est une action représentative du fait qu’il n’est jamais trop tard pour corriger les faux pas du passé. Dans le cadre d’un plus grand voyage sociétal vers l’équité et l’inclusion, j’espère que cette demande est un exemple de petit pas proactif vers le démantèlement des pièces d’un plus grand système déséquilibré et qu’elle fait partie d’une reconnaissance plus large des façons dont les populations sous-représentées et marginalisées peuvent être affectées par inadvertance. Je m’excuse pour toute détresse involontaire que cet essai a pu causer.

Le cas décrit était le suicide d’un vieil homme (97 ans) en Alaska. Bien écrit. C’était un cas fictif, construit à partir de témoignages pendant une mission sanitaire en Alaska. Bons commentaires sur RetractionWatch, avec l’hypothèse qu’un collègue de la mission en Alaska n’aurait pas été très satisfait de cet article. RW rappelle que le rédacteur du JAMA a démissionné pour des questions de diversité…  très sensible en Amérique du Nord.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer