Le nombre moyen d’auteurs par article ne fait qu’augmenter… sans prise de conscience de la communauté

Cet article de SEE fin mai 2022 a 4 auteurs de 4 pays différents, et 24 pages. Son titre : ‘An Ethical Exploration of Increased Average Number of Authors Per Publication‘. Lecture intéressante sur une question sensible… le statut d’auteur ! C’est une réflexion utile sur un sujet très sensible… et pour lequel des comportements douteux ont été décrits. Le résumé permet de comprendre cet article et la figure reprise ci-dessous présente les facteurs contribuant à l’augmentation des auteurs d’un article. Les suggestions sont de mieux utiliser la taxonomie CRediT, d’appliquer les critères ICMJE (un rêve ?), et d’évaluer différemment la recherche.

Voici le résumé de cet article : ‘Cet article explore l’impact d’une augmentation du nombre moyen authors seed’auteurs par publication (INAP) sur les questions éthiques connues liées au statut d’auteur. À cette fin, les dix problèmes éthiques les plus courants associés au statut d’auteur sont utilisés pour établir une taxonomie des problèmes existants et sensibiliser la communauté à prendre des mesures de précaution et à adopter les meilleures pratiques pour minimiser l’impact négatif de l’INAP. Nous confirmons que d’intenses collaborations internationales, interdisciplinaires et complexes sont nécessaires, et l’INAP est l’expression de cette tendance. Cependant, les incitations perverses visant à augmenter le nombre de publications institutionnelles et personnelles et les cas flagrants d’auteurs invités ou honoraires sont problématiques. Nous soutenons que l’INAP pourrait être dû à la complexité et à l’échelle accrues de la science, à des incitations perverses ou à des droits d’auteur non mérités, et avoir un effet négatif sur les questions éthiques connues relatives aux droits d’auteur à un certain niveau. A long terme, l’INAP déprécie la valeur du statut d’auteur et peut avoir un impact disproportionné sur les jeunes chercheurs et ceux qui contribuent aux tâches techniques et de routine. Nous présentons deux suggestions qui pourraient réduire l’impact à long terme de l’INAP sur le système de récompense de la science. Premièrement, nous suggérons d’affiner la taxonomie du CRediT, notamment en l’intégrant mieux aux systèmes actuels d’attribution et de reconnaissance, et en l’harmonisant davantage avec les principales directives relatives au statut d’auteur, telles que celles suggérées par l’ICMJE. Deuxièmement, nous proposons des ajustements aux systèmes de reconnaissance et de promotion académiques au niveau institutionnel ainsi que l’introduction de meilleures pratiques.

Merci à TheMetaNews

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer