Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Références cachées : les métadonnées trafiquées gonflent le nombre de citations (et le facteur d’impact ?)

Points clés

Le titre de ce billet est la traduction du titre d’un manuscrit déposé sur arXiv. Nous ne connaissons par la prévalence de cette pratique bizarre, mais cette réalité nous inquiète. C’est un argument de plus pour préciser les méthodes de bidonnage des facteurs d’impact des revues scientifiques et des h-index si populaires chez les vieux. L’art de la citation est un métier répandu. Prudence : nous ne savons pas si cette pratique est répandue.

L’idée de départ de G Cabanac part d’une observation d’un article de Hindawi : cité 107 fois alors qu’il a été vu 107 fois et téléchargé 62 fois. Ceci a été décrit sur PubPeer en mai 2022.

Cartels de rédacteurs, propagation de dogmes, et autres manipulations

La littérature sur les manipulations des citations par les auteurs, les rédacteurs, les relecteurs et autres acteurs qui contribuent au Publish and Perish est importante. Outre les cartels de rédacteurs qui s’entendent pour citer les revues amies afin d’éviter les auto-citations, ces nombreuses pratiques ont des conséquences délétères, dont la propagation de dogmes. Nous savons aussi que 25 à 30 % des citations d’un article ne contiennent pas ce qui leur est attribué !! L’art de la citation est sans limites !!!

Cette recherche produite par 4 collègues est originale, car ce qu’ils ont observé n’a pas été montré. Le manuscrit a été déposé le 3 octobre 2023 par G Cabanac (Toulouse) sur la plateforme arXiv. Le manuscrit est documenté, avec de nombreux suppléments. Il a intéressé RetractionWatch (bonnes informations apportées par G Cabanac), Le Monde et le rédacteur d’une des revues ciblées qui, sur PubPeer demande la rétractation de cet article !

La figure 1 vous explique le long chemin qui sépare les auteurs d’un manuscrit de l’attribution d’un DOI puis des analyses par les plateformes de bibliométrie. Je cite deux phrases qui montrent la faille du système : Crossref trusts publishers to extract, report, and send them metadata about the publications, including the references. As a matter of fact, Crossref not controlling the accuracy of the metadata provided by publishers creates a ‘security breach’ within the information flow. 

Des citations introduites dans des métadonnées pourraient gonfler les indicateurs bibliométriques

Les auteurs ont étudié le cas de 3 revues publiées par Technoscience Academy, un éditeur indien de science ouverte (qui me semble douteux, mais il faudrait que je regarde de plus près). Ces revues vont dans Crossref. Ils ont extrait 3634 articles pour ce travail. Ci-dessous le tableau 1 montrant les différences entre l’article et Crossref. Il y a un tableau semblable comparant à Dimensions.

sneaked references

Cette observation est peut-être limitée à quelques escrocs, donc sans importance…  mais nous n’en savons rien. Il faudrait d’autres données avant de s’inquiéter… et supposer que les facteurs d’impacts sont bidonnés avec cette méthode. Ils sont déjà tellement manipulés que ce ne serait qu’une pratique discutable supplémentaire !

Un des rédacteurs d’une des revues n’est pas content et demande de retirer ce manuscrit !

Voici la traduction du résumé de ce travail

Nous avons mis en évidence une méthode non documentée permettant de manipuler le nombre de citations en utilisant des références « cachées ». Les références cachées sont enregistrées comme métadonnées pour des articles scientifiques dans lesquels elles n’apparaissent pas. Cette manipulation exploite les relations de confiance entre différents acteurs : éditeurs, agence d’enregistrement des métadonnées Crossref, bibliothèques numériques et plateformes bibliométriques. En collectant des métadonnées provenant de diverses sources, nous montrons que des références indues sont en fait introduites furtivement au moment de l’enregistrement de l’identificateur d’objet numérique (DOI), ce qui a pour effet de gonfler artificiellement le nombre de citations. Dans le cadre d’une étude de cas portant sur trois revues d’une maison d’édition donnée, nous avons identifié au moins 9 % de références introduites en douce (5 978/65 836), principalement au profit de deux auteurs. Bien qu’elles ne figurent pas dans les articles, ces références furtives existent dans les registres de métadonnées et se propagent de manière inappropriée dans les tableaux de bord bibliométriques. En outre, nous avons découvert des références « perdues » : la plateforme bibliométrique étudiée n’a pas réussi à indexer au moins 56 % (36 939/65 836) des références listées dans la version HTML des publications. L’ampleur des références cachées et perdues dans la littérature mondiale reste inconnue et nécessite des recherches plus approfondies. Les plateformes bibliométriques produisant des comptes de citations devraient identifier, quantifier et corriger ces failles afin de fournir des données exactes à leurs clients et d’empêcher d’autres manipulations de citations.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

2 commentaires

  • Bien que la manipulation décrite soit d’une malhonnêteté manifeste, elle n’a pas de répercussion sur les facteurs d’impact. En effet, ces derniers sont calculés à partir des métadonnées d’origine des éditeurs, et les références cachées n’y sont matériellement pas possibles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer