Les chercheurs : mauvais communicants, et mauvais écrivains

Paul Hébert est le rédacteur en chef du Canadian Medical Association Journal (CMAJ), un grand journal de médecine. Il vient de terminer 5 ans d'activités . Il a été étonné de constater l'influence des journaux biomédicaux, et il a retenu 3 leçons : 

  • Les chercheurs sont excellents par leur créativité et sont scientifiquement crédibles, mais ils ne sont pas de bons communicants et de bons écrivains ;
  • Les journaux médicaux ne s'adressent plus uniquement aux médecins et aux scientfiques ;
  • Pour remplir ces rôles, il faudrait former les rédacteurs du futur.

 Le CMAJ a toujours eu des rédacteurs influents, et le CMAJ va mieux qu'il y a quelques années..  Il a plus de 100 ans. Les écoles de médecine devraient aider les journaux en formant à la rédaction, et en préparant aux métiers de rédacteurs de journaux. Les formations pour rédacteurs existent et sont très utiles.

Hébert PC. Even an editor needs an editor: reflexions after 5 years at CMAJ 2011;183:1951.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer