Abréger, c’est gêner la lecture : MSM et SAVA syndemic

Trop souvent les abréviations compliquent la lecture alors que l'auteur pense raccourcir son article. C'est une erreur fréquente que de vouloir ajouter des abréviations ; enlever les mots inutiles et les adverbes permet de raccourcir un article. 

Je suis tombé en admiration devant une abréviation qui m'était inconnue dans un titre d'article : MSM (ce ne sont pas les MST, ou IST). L'abréviation MSM est explicitée entre parenthèse dans le titre de l'article (ce qui ne justifie pas de la mettre dans le titre !). Je connaissais les SARM (Selective Androgen Receptor Modulator) en endocrinologie qui sont aussi les "Staphylococcus aureus résistants à la méticilline" ou encore MSRA (Methicillin-Resistant Staphylococcus Aureus) ; les IVG en cardiologie ne sont pas les mêmes en obstétrique ; les exemples sont nombreux…  Les MSM (Men who have Sex with Men) sont cités dans cet article d'auteurs chinois qui évoquent aussi les "SAVA syndemic"….   SAVA est l'abréviation de "Substance Abuse, Violence and AIDS"..  SAVA est une abréviation qui contient déjà une autre abréviation (AIDS).

Le titre contient un mot compliqué pour moi "syndemic" mais il y a une définition : "a syndemic is defined as two or more epidemics (i.e., notable increases in the rate of specific diseases in a population) interacting synergistically and contributing, as a result of their interaction, to an excess burden of disease in a population". Mais les SMS nous poussent à utiliser des abréviations : Txtng: the Gr8 Db8 est le titre d'un ouvrage d'un linguiste connu,David Crystal. cela veut dire Texting: The great debate….   bien sûr.

J'ai lu l'objectif de cet article. Cet article est dans PLoS ONE Public Health. et je ne suis pas convaincu par l'originalité des découvertes. Je me méfie de PLoS ONE qui accepte 70 % des articles et qui encaisse les 1200 $ des auteurs. Le rédacteur de cet article est en France (INSERM). 

Jie W et al. A syndemic of psychosociel problems places the MSM (Men who have sex with men) population at greater risk of HIV infection. PLoS ONE 2012;7(3): e32312. doi:10.1371/journal.pone.0032312

 

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer