Se faire reviewer par des amis ou se reviewer soi-même : bienvenue aux clubs de reviewers !

 35 articles de Hyung In Moon, botaniste sud coréen, ont été rétractés au prétexte qu'il avait inventé des adresses email pour recevoir les demandes d'expertise de la part des rédacteurs. Cela a déjà été décrit pour un autre cas, examiné par COPE. Un chinois a aussi été attrapé ! Un iranien vient d'être aussi identifié pour avoir inventé des emails ! Cette histoire a amené beaucoup de commentaires :

  1. C'est un risque pour les revues qui demandent aux auteurs de suggérer des relecteurs : vous proposez quelqu'un de connu, le rédacteur le choisit, vous avez inventé une adresse email qui vient dans votre boite email….    dans un cas les réponses de relecture arrivant trop vite, la revue avait été alertée … mais avec , c'était une pratique bien rodée ; pour Hyung In Moon, un rédacteur, dégouté par ces pratiques, a démissionné...

  • Des commentaires ont expliqué le système des clubs de reviewers de cette façon : reviewers A et B relisent les articles de C ; reviewers A et C relisent les articles de B ; reviewers B et C relisent les articles de A ; cette pratique serait bien rodée dans quelques clubs fermés….l'indépendance serait assurée, et chacun explique que les 2 autres sont les meilleurs experts….  ceci permet d'optimiser les demandes ultérieurs de bourses, etc..  il n'y a pas eu de noms cités….
  • Que penser alors de ces articles avec plus de 1000 auteurs, comme en physique... qui peut reviewer, sinon un des auteurs ? Mais cette communauté a des pratiques différentes de la biomédecine.
    Partagez cet article sur les réseaux:
    Partager sur facebook
    Facebook
    Partager sur twitter
    Twitter
    Partager sur pinterest
    Pinterest
    Partager sur linkedin
    LinkedIn

    2 commentaires

    • Merci de soulever encore une fois la difficulté de reviewer un article. Pour sa production d’articles, le GERAR – http://le-gerar.blogspot.fr fonctionne comme le triptyque que vous énoncez: A est corrigé par B & C, B est corrigé par A & C et C est corrigé par C est corrigé par A & B. Encore aujourd’hui cette méthode fonctionne très bien mais les 3 membres du GERAR se connaissent bien et se côtoient tous les jours et discutent de vive voix ainsi que sur papier, des points flous et/ou des corrections à faire concernant l’article de l’un des leurs. Je pense que cette stratégie peut s’avérer difficile lorsque les membres du triptyque sont éloignés physiquement, ne se connaissent pas et n’utilisent que l’écrit pour communiquer. Avez vous d’autres exemples concrets de ce genre de fonctionnement ou des conseils à nous donner? Merci de votre réponse et bonne continuation.
      MV.

      Répondre
    • Merci pour votre commentaire, et effectivement votre mode de fonctionnement basé sur la confiance est bon, avec des objectifs de votre groupe.
      Mais ce qui est évoqué dans le billet sur les reviewers, ce sont des ententes discrètes et malhonnêtes pour faciliter la publication d’articles entre copains…. avec souvent la complicité d’un rédacteur en chef : l’honneur est sauf car les articles sont reviewés ! sans dire explicitement que ce sont des relectures de complaisance !

      Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Articles populaires

    Archives mensuelles

    Suivez-nous

    Newsletter

    Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

    Tags

    Vous pourriez aussi aimer