Colloque universitaire sur l’intégrité scientifique à Bordeaux fin janvier 2016 : l’essai est loin d’être transformé !

Le colloque de Bordeaux sur l’intégrité scientifique a réuni 130 personnes pendant une journée (29 janvier 2016). C’est un bon début, et je félicite l’Université de Bordeaux, et ses représentants pour tout le boulot qu’ils ont fait… BRAVO à tous. Il y a du boulot pour développer l’intégrité scientifique ; je ne suis pas persuadé que les présidents d’Université (sauf Bordeaux) et les doyens de médecine soient très intéressés ! J’ai des arguments pour expliquer mon propos. Revenons sur ce colloque qui s’est très bien passé, et dont j’ai présenté le programme en novembre 2015.

  • Les introductions des présidents, intéressantes pour la plupart, mais avec beaucoup de langue de bois de la part du président de la Conférence des Présidents d’Université ;
  • L’historique du développement de l’intégrité scientifique à l’INSERM par Martine Bungener, excellent ; reprise des informations d’un article de La Presse Médicale en 2012 ; bel article que je peux vous passer ;
  • Les années 2010 et surtout les efforts du CNRS avec Michèle Leduc, et le guide du CNRS sur les pratiques intègres et responsables ; ce guide devrait être accessible dans tous les labos et services ;
  • La typologie des fraudeurs a été exposée par Michèle Bergadaà de Genève : un classement des délinquants du savoir avec le manipulateur, le fraudeur, le bricoleur et le tricheur ; tout est dans l’ouvrage sur le plagiat académique ;
  • Une excellente présentation sur l’intégrité en Europe par Robert Kerger, du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du Luxembourg ; nous avions évoqué les démarches de ce pays très en avance sur la France dans le domaine de l’intégrité scientifique ;
  • L’après-midi était réservé pour des ateliers ; j’ai animé l’atelier sur les revues scientifiques et avec François Gonon, nous avions préparé des cas qui ont été discutés en groupe (il n’y a pas de ‘corrigé’) ; vous pouvez lire ces cas et voir quelles auraient été vos comportements ; tous ces cas anonymisés étaient réels…  pas croyable ?
  • Un restitution des ateliers et une remarquable conclusion par Laurent Degos.

Les vidéos ont été mises en ligne début mars 2016 : bravo (note ajoutée le 10 mars).

Beau programme, mais la suite ? Je vois trop de cas cachés, non investigués… Lisez le compte rendu de la CPU pour ce colloque : nous attendons la liste des délégués à l’intégrité scientifique des Universités ! Il faudra de 5 à 10 ans pour avoir une liste complète…  tout en affirmant que c’est une priorité… langue de bois ! Cette liste annoncée il y a un an (29 janvier 2015) lors de la publication de la Charte nationale de déontologie des métiers de la recherche devait être faite rapidement… passez la moi quand elle existera ! Parfois, je teste les sites des universités en mettant ‘intégrité’ ou ‘plagiat’ dans le moteur de recherche de leurs sites… amusez-vous.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

4 commentaires

  • Bonjour,
    Quel est le format des cas, après avoir téléchargé les cas, impossible de les lire
    d avance merci
    P.Bernard

    Répondre
  • P. Bernard: c’est du .docx (MS Word).
    Dans le cas #4 qui, soit dit en passant, est assez compliqué, on peut lire:
    « Un manuscrit a été soumis à notre revue. Le rédacteur en charge de ce manuscrit l’a envoyé à un relecteur (reviewer) dont il savait qu’il proposerait un bon avis de relecture, car il avait travaillé avec les auteurs dans le passé. »
    J’ai tiqué sur ce point: si un relecteur est un ex-collaborateur des auteurs, il ne va pas forcément donner un avis positif. Il y a bien des cas (réels) ou il massacrera ses ex-collègues, se sentant protégé par l’anonymat. Il peut aussi rester totalement neutre (mais la suite du cas ne va pas vraiment dans cette direction.)
    Et en parlant d’anonymisation, le titre de l’article du cas #7 est rigolo: « Cancers du poumon causés par des Tisanes ».
    Ouf, je ne prends jamais de tisane.

    Répondre
  • Bonsoir,
    merci pour vos commentaires. J’ai connu de près le cas 7, et ’tisanes’ est mis pour anonymiser. En fait dans ce cas français hors Paris, le comité de rédaction concerné a été très lâche et n’a rien fait. Rien n’a été publié. Ce cas est ancien. En pratique deux membres du comité de rédaction, collègues des protagonistes, les ont appelé au téléphone pour transmettre un message : ‘OK, vous avez raison (le lésé), mais ce n’est pas grave, et il n’y a rien à faire ‘ pour l’autre ‘Nous avons reçu un courrier, mais nous ne donnerons pas suite et informons l’auteur lésé de nos regrets’.
    Rien n’a été écrit. Un comité de rédaction intègre aurait publié la lettre avec un droit de réponse offert à l’autre partie, sans se mêler du conflit.
    L’article concerné est en archives papier (pas de format électronique) car ancien.

    Répondre
  • Si la CPU n’avait pas été langue de bois, le discours d’ouverture du président aurait été :
    1° nous avons xx Universités qui ont nommé un délégué à l’intégrité scientfique ;
    2° La liste des noms et coordonnées sont disponibles auprès de la CPU et sur le site de chaque Université ;
    3° Les procédures d’investigation des cas sont en voie d’harmonisation entre ces délégués qui ont été réunis xx fois ;
    4° En 2014, xx cas avaient été signalés à ces délégués (chiffres par Université), et en 2015 xx cas : diminution ou augmentation ? Hypothèses pour expliquer ;
    5° Notre objectif est qu’en 2016 TOUTES les Universités aient un délégué à l’intégrité scientifique.
    Le discours a été : les Universités ont beaucoup de priorités… blablabla et l’intégrité scientifique en est une ! Nous avons une charte de déontologie des métiers de la recherche.. SUPER tout est résolu… Rendez-vous en 2020 ou plus tard ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer