« No conflict, No interest », éditorial de JAMA Oncology accompagnant 2 recherches sur les liens d’intérêts

JAMA OncologyLe 25 août 2016, JAMA Oncology a mis en ligne 3 articles sur la problématique des liens d'intérêts dans le domaine de la cancérologie. Le sujet est difficile, et demande réflexion plutôt qu'accusation systématique.

  1. Un 'brief report' sur les relations avec l'industrie des auteurs des recommandations du NCCN (National Comprehensive Cancer Network) en 2014 : sur 125 auteurs des recommandations, 108 (86 %) avaient au moins un FCOI (Financial Conflicts Of Interest). Les liens d'intérêts ont été recherché à partir de la base publique 'Open payments'.  L'article donne des niveaux de rémunération en différenciant les 'general payments' (très fréquents) des 'research payments' (plus élevés). La conclusion mentionne que les FCOIs peuvent influencer ces auteurs de manière contreproductive, et qu'il serait nécessaire de mieux étudier les FCOIs.
  2. Une lettre d'une recherche ayant revu 469 vidéos (458 orateurs) de présentations faites à l'ASCO (American Society of Clinical Oncology) en 2014 et 2015 pour visionner les déclarations des liens d'intérêts sur une des premières diapositives. Entre 2014 et 2015, l'ASCO a changé sa politique en demandant de signaler non seulement les conflits d'intérêts, mais aussi toutes relations financières. Le nombre d'orateurs avec au moins un lien à déclarer est passé de 51 à 70 % ; le nombre médian de liens est passé de 1 à 3 ; la durée de présentation de la diapo est passée de 6 à 5 secondes ; le nombre de mots est passé de 7 à 13. Toutes ces données étaient statistiquement significatives entre 2014 et 2015. Plus marrant en 2015 : 37,6 % des diapositives de liens d'intérêts ont été présentées si rapidement  qu'elles ne permettaient au lecteur moyen pas de comprendre !
  3. Un éditorial avec le titre "No conflict, no interest" précisant que les liens entre les cancérologues et l'industrie augmentent (ou est-ce uniquement une augmentation de la transparence ?). Ces liens sont probablement nécessaires, voire inévitables, mais des recherches sont indispensables sur les FCOI. Cet éditorial est plutôt réservé, peu agressif !

Au total 9 auteurs pour ces 3 articles : aucun n'a de lien d'intérêt à déclarer (l'un a un lien familial avec un consultant d'une industrie de technologie).

En cancérologie, tout est toujours différent des autres disciplines.

 

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer