DOAB : comme le DOAJ mais pour les livres en Open Access

DOABJe ne connaissais pas le DOAB pour Directory of Open Access Books. Est-ce utile ? Oui si les livres prédateurs ne sont pas listés dans ce registre…. Il y a des infos en français sur le site pour expliquer le projet :

L’objectif principal du DOAB est d’accroître la visibilité des livres en libre accès. Les éditeurs de livres universitaires et académiques sont invités à fournir au DOAB les métadonnées de leurs livres publiés en libre accès. Les métadonnées de ces livres seront rendues disponibles et moissonnables de façon à accroître leur diffusion, permettre leur valorisation et maximiser leur impact. Les agrégateurs de contenus peuvent intégrer les références de ces livres dans leurs services commerciaux, les bibliothèques peuvent les intégrer dans leurs catalogues, aidant ainsi les chercheurs et les étudiants à les découvrir. Le DOAB est ouvert à tous les éditeurs publiant des livres en open access respectant des procédures de validation par les pairs (peer-reviewed books). Cet outil a vocation à répertorier le plus grand nombre de livres possible à condition que ces publications soient diffusées en open access et respectent les standards et les règles de l’édition scientifique.

C'est fait sur le modèle du DOAJ fait en Suède, mais le DOAB est fait en Hollande (bibliothèque nationale) par OAPEN (Open Access Publishing in European Network). Il y a un blog qui ne marche pas du tout, et une newsletter (je doute). Le DOAB a 3 sponsors : OpenEdition, BRILL, une vieille maison d'édition hollandaise, et Springer.

Dans le DOAB, parmi 6 271 livres (175 éditeurs), il y a 367 livres de médecine. Il y a beaucoup de livres en français. Il y a 141 livres du Collège de France, 83 livres de Cnrs éditions, 70 livres de ENS éditions, 28 livres de EDP Sciences, etc….. L'éditeur ayant le plus de livres est Frontiers Media : 614 ! Quand ce sont des fondations ou autres organismes qui prennent en charge les coûts, comme des actes de colloques, le modèle économique est clair. Quand ce sont des éditeurs privés, comme Frontiers par exemple, ce sont souvent les auteurs qui payent pour être publiés.. La plupart des éditeurs participants (ils gèrent leur espace en téléchargeant les livres) semblent sérieux, et il ne semble pas y avoir de prédateurs … mais méfiance. Est-ce que OADB est utile ? Je vous le demande.

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer