Les 7 péchés mortels de la science : numéro 7, le péché du comptage de haricots ou l’astrologie moderne pour évaluer les chercheurs et la recherche

ChambersExcellent ouvrage (mai 2017) de Chris Chambers, professeur de neurosciences cognitives à Cardiff. Le titre : The 7 deadly sins of psychology. A manifesto for reforming the culture of science practice. Je reprend chaque  vendredi un des 7 péchés, et voir ensuite le rachat proposé dans le dernier chapitre.

Le 7ème et dernier péché est The sin of bean counting. Pas besoin d’en dire plus car cette folie des jurys est impressionnante….   Il y a 3 indicateurs appréciés des jurys : les facteurs d’impacts, les récompenses déjà obtenues, et les positions des auteurs dans un article. Ces 3 indicateurs seraient (sont) les pires dérives de notre système académique. En psychologie, the sin of bean counting, c’est réduire un chercheur à des critères de substitution simplistes : est-ce admissible car ces routes ne mènent nulle part ?

Nous abordons régulièrement les dérives des indicateurs. Un titre de C Chambers est « Impact factors and modern-day astrology ». La science est évaluée par un process non scientifique ! Les exemples de ce chapitre sont incroyables : dans une université, les chercheurs doivent faire le total des facteurs d’impact des revues dans lesquelles ils ont publié…  The ‘summed impact factor‘ était demandé dans une université ayant signé DORA (pétition contre le facteur d’impact). Ce sont les chercheurs qui ne connaissent pas les statistiques et les stupides qui mettent les facteurs d’impact sur les CV ! D’aileurs, en France compter 200 ou 400 points SIGAPS est probablement une invention de technocrates sans la moindre réflexion…  sur le système.

L’autre indicateur est le nombre de grants ou bourses de recherche…  incroyable car il s’agit de récompenser ceux qui font des plans sur la comète plutôt que ceux qui ont des résultats de recherche !

Le dernier indicateur est la place parmi les auteurs des articles….   les grandes manoeuvres expliquent les magouilles ! Et personne n’a intérêt à suivre les critères de paternité des articles de l’ICMJE…

Voici les 7 péchés :

  1. The sin of bias……Les biais…   la convenance sociale (16 juin)
  2. The sin of hidden flexibility     La flexibilité cachée : p-harking et p-HACKing (23 juin)
  3. The sin of unreliability      Manque de fiabilité
  4. The sin of data hoarding     Accumulation de données…  je pourrais arrêter de travailler et publier car j’ai beaucoup de données
  5. The sin of corruption   Corruption…  no comment !
  6. The sin of internement    La fermeture, c’est le refus de l’ouverture des données, des publications
  7. The sin of bean counting   Comptage de haricots : facteur d’impact, astrologie, auteurs,…
  8. The redemption       Le rachat !….    TOP (Transparency Openess Promotion) guidelines et Registered Reports
Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer