Comment éviter une menace importante : les revues illégitimes ou prédatrices

Une interview de deux chercheurs du centre de jounalologie de Ottawa dirigé par David Moher a été publiée par Scholarly Kitchen pour commenter deux bons articles de cette équipe (5 décembre 2017). Voici ces 2 articles :

stop this wasteCette bonne équipe canadienne lance des bouées à la mer que personne ne prend…. la situation des revues illégitimes ou prédatrices est grave et peu d’experts comprennent le problème… Les auteurs se font prendre, peut-être avec leur consentement. En volume, le nombre d’articles dans ces revues prédatrices devient important…  Combien d’articles chaque année dans ces revues ? Probablement plus de 500 000…  et bientôt plus que dans PubMed peut-être !!!  J’alerte très souvent sur ce problème, avec beaucoup de billets, mais sans convaincre !!

D Moher et son équipe ont surtout montré que ceux qui se font prendre ne sont pas uniquement des auteurs de pays en voie de développement… Ils ont analysé en détail 1907 articles provenant de 200 revues prédatrices (image ci-dessus) : 300 premiers auteurs venaient des USA….   et un gros contingent d’indiens (normal car ces revues sont faites en Inde le plus souvent). J’ai plusieurs fois expliqué que je connaissais des cas français, avec des experts ayant publié volontairement dans ces revues peu chères pour faire plaisir à leur hiérarchie peu regardante !

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer