La recherche animale doit s’améliorer : la recherche préclinique se trompe encore, et des malades sont inclus dans des essais !

Points clés

Le numéro du 11 janvier 2018 du BMJ contient 4 articles sur la recherche animale. Très longue histoire qui mérite de lire tous les articles. Il s'agit d'un domaine compliqué, le développement d'un vaccin pour la tuberculose. Preclinical research BMJ

  • Un éditorial de F Godlee, basé sur les autres articles du numéro : 'Nous avons besoin d'une meilleure recherche animale, mieux décrite' ; les données précliniques ne sont pas toujours suffisamment fiables, ce qui pose problème pour les développements de médicaments chez l'homme ; la dernière phrase : "This story is about the urgent need to improve the integrity of animal research—its reliability, reproducibility, analysis, reporting, and interpretation—to increase the chances that it translates into real improvements to human health."
  • Malcolm MacLeod, neurologue écossais, revient sur MVA85A, vaccin testé chez l'homme pour prévenir la tuberculose. Les données animales étaient positives, mais rien n'a marché chez l'homme ; très bonne analyse de la situation : les données animales n'ont pas été correctement exploitées ; tester chez 192 animaux et 40 primates : est-ce réellement suffisant pour décider de commencer des essais chez l'homme ?
  • Deborah Cohen, du BMJ, revient en détail sur l'histoire : "Researchers were disappointed when a clinical trial of a new tuberculosis vaccine failed to show benefit, but should it have gone ahead when animal studies had already raised doubts and what does it mean for future research?" ; les résultats animaux ont été sélectivement utilisés par des chercheurs anglais pour obtenir des financements ; 2800 enfants en Afrique du Sud ont été inclus dans les essais ; cet article contient une fantastique image avec tous les essais au cours du temps concernant MVA85A ;
  • Un autre éditorial expliquant qu'il s'agit d'un problème endémique : "Improving the conduct, reporting, and appraisal of animal research" ; et oui, rien de neuf sur la qualité de la recherche animale…  Il donne des références sur la non-reproductibilité des recherches précliniques qui serait de 51 à 89 % ! Etonnant, NON !

EN 2014, les NIH ont publié des recos pour standardiser et améliorer les recherches animales. On pourrait imaginer que les revues systématiques sur les recherches animales pourraient aider : trop souvent biaisées ! Il faudrait d'abord avoir de bons registres de protocoles des études animales ! Nous avions vu les 9 molécules testées chez l'homme dans la SLA, basées sur des données animales très très embellies. Le gaspillage aux USA sur les études précliniques serait de 28 milliards de dollars par an !

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer