Combien payent nos universités aux revues en open access ? Les APC en clair, grâce à Couperin

Open APCLe consortium Couperin nous informe le 11 juin 2018 de la communication des premières données APC pour la France. APC : ce sont les Article processing Charges, donc ce frais payés par les auteurs lorsque leurs articles sont acceptés par les revues. Je recopie une partie du communiqué de Couperin :

Depuis le 8 juin 2018, une première série de données, provenant de 10 institutions, est publiée sur le site d'OpenAPC. D’autres suivront bientôt. L'ensemble de données initial couvre les frais de publication pour 695 articles publiés en 2015. Les dépenses totales s'élèvent à 1 173 258 € auprès de 55 fournisseurs et la redevance moyenne à 1 688 €.

Ces premières données ont été fournies par les institutions suivantes : Aix-Marseille Université, Université de Bourgogne, Hospices Civils de Lyon, Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), Université Lille 1, Université Lille 2, Université de Rennes 1, Université de Toulon, Université Pierre et Marie Curie (Paris VI).

Je suis allé visiter le site d'Open APC (fait en Allemagne) qui contient des données pour plus de 100 millions d'euros d'APC en 2015. Vous pouvez appliquer des filtres, dont celui 'France' : en 2015, l'Inserm a payé 820 000 €, puis Aix-Marseille 115 000 €, puis Inria….  En regardant ces données, j'ai l'impression que ces chiffres sont sous-estimés. Il doit être encore difficile pour une Université d'avoir des données exhaustives.

Avec le filtre revues France 2015, surprise : PLOS ONE 155 000 €, suivi de Oncotarget 80 000 €, puis Nature Communications 59 000 €, etc…    Scientific Reports avec 25 000 € montre que cette revue est moins connue en France, car elle publie autant d'articles que PLOS ONE.

Oncotarget est probablement une revue prédatricede là à penser que nos institutions feraient vivre des revues prédatrices …  je me trompe sûrement.  Attendons plus de données, et gardons ce site OpenAPC pour le suivre.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer