Cancer : l’argent facile influence des chercheurs… Le cas de José Baselga, Memorial Sloane Kettering est sévère

C'est encore un gros scandale dans le cancer aux Etats-Unis…   et le témoignage d'un ancien malade (cancer du testicule en 1984) Baselgaqui a été guéri et volontaire depuis pour aider le centre est méchant contre José Baselga. Quand les anciens malades et leurs familles se mobilisent pour supporter des chercheurs peu intègres, ils sont trahis.

Ce sont le New York Times et Propublica qui ont médiatisé l'affaire en septembre 2018, avec pour sous-titre "Un haut dirigeant du Memorial Sloan Kettering Cancer Center a reçu des millions de dollars en paiements d'entreprises qui font de la recherche médicale. Ses omissions montrent à quel point les règles sur les conflits d'intérêts sont peu appliquées par les revues."

Les observations sont sévères : José Baselga était directeur médical du centre anticancéreux de New York, et c'est l'un des top leaders dans le cancer du sein. Il avait pour habitude de ne pas déclarer ses liens d'intérêts dans les revues, y compris dans Cancer Discovery dont il est l'un des deux rédacteurs en chef. Il est parti de ce centre, et a démissioné du board de BMS. Il recevait de l'argent de Genentech/Roche et d'autres….

Les accusations sont graves :

  • At a conference this year and before analysts in 2017, he put a positive spin on the results of two Roche-sponsored clinical trials that many others considered disappointments, without disclosing his relationship to the company. Since 2014, he has received more than $3 million from Roche in consulting fees and for his stake in a company it acquired.
  • En 2017, il aurait eu $ 260 000 en cash et actions…  mais au total $ 3,5 millions entre 2013 et 2017, provenant d'industries qui se disent très propres.
  • Il a déclaré n'avoir pas de liens d'intérêts dans au moins 100 articles, y compris NEJM, Lancet et ces revues ne contrôlent rien !!!    comme la plupart des revues, mais pas toutes (JAMA semble vérifier).
  • Le plus grave, c'est qu'il en a fait de même quand il était président de American Society of Clinical Oncology.

Il se défend, en disant qu'il va corriger, mais que pour 62 articles 'conceptuels' il n'y avait rien à déclarer.

Nous avons vu que 60 % des chirurgiens américains, et des études 'medical devices' ne déclaraient pas les liens d'intérêts. Dans JAMA Oncology fin août, une lettre évoque que 30 % des cancérologues ne déclarent pas les liens. 

Ivan Oransky de RetractionWatch a clairement attaqué le NEJM pour son laxisme, et il a raison… Attendons le nouveau rédacteur en 2019 car NEJM déraille beaucoup…  

Tout cela n'est pas fantastique, et je n'ai aucune idée de ce qui se passe en France… il va falloir regarder de plus près…..  d'autant plus que Beselga est de Barcelone, très connu en Europe, qu'il a signé des articles de grands essais, avec des co-auteurs, et qu'il a rejoint les USA en 2012. Où est-il maintenant : qui peut me dire ? Que pensent nos collègues oncologues français ???

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer