Pour augmenter l’impact de vos publications, écrivez mieux ! Est-ce vrai ?

C'est le message d'un article moyen de la prestigieuse revue PNAS (8 janvier 2019), avec pour titre : How we can boost the impact of publications? Try better writing. La qualité méthodologique du travail ne permet pas d'être convaincu par cet article…   des facteurs de confusion peuvent exister. Donc prudence. Auteurs australiens. Déjà 1268 tweets le 29 janvier pour un article du 8 janvier ! Ces infos sont nulles… 

Les reviewers de PNAS sont laxistes, et cette revue doit publier quelques articles de complaisance. Pourquoi faire attention à cet PNASarticle ? La méthode n'est pas suffisamment décrite pour être reproductible ; l'analyse a été faite sur des résumés et pas sur des articles (hypothèse que les résumés traduisent la qualité de l'article !!! cela se discute) ; le calcul du 'writing score', malgré le supplément électronique n'est pas clair ; prendre des articles de sciences sociales et de médecine dans l'échantillon sans les comparer n'est pas bien car les styles de rédaction diffèrent ; il y a une erreur dans l'article car je ne sais pas si ce sont 130 ou 133 résumés qui ont été inclus… de petites erreurs traduisent souvent une qualité médiocre du travail.

Néanmoins, si cet article est publié, c'est que l'idée est originale, et que le résultat plait. L'idée est intéressante : les auteurs ont sélectionné dans Scopus des abstracts de 3 domaines (biodiversity loss, social media in education, childhood obesity) et ont appliqué 11 critères pour mesurer le style rédactionnel. Les critères sont bien décrits avec des explications.. et quelle est leur observation ? Pour bien écrire, privilégiez 'je' et 'nous' plutôt que les voix passives (je dis souvent d'éviter 'on' car 'on est un con') ; utilisez toujours le même mot et ne pas utiliser des synonymes ; diminuez les acronymes et les 'noms maladroits' (awkward noun chunks dans le texte, c'est à dire 'strings of multiple consecutive nouns. Noun chunks connect objects or ideas in ambiguous ways') ; et de manière surprenante, parmi leurs critères, ils ont pris le nombre de mots dans les abstracts (si un abstract est long, ce serait aux dépends de la clarté !!). Il faut écrire avec l'esprit du lecteur !!!

Donc ils ont un critère de qualité du style rédactionnel sur 130 résumés de 2012, 2013 et ils les ont classés en fonction des citations de juillet 2018. Ils montrent que si le style est meilleur, les articles sont plus cités (lus ??) que ceux qui sont mal écrits. Prudence quand même. Les articles courts seraient plus cités ! Leur modèle montrerait que les articles clairs, avec de la créativité, une structure narrative seraient plus cités…

Ce travail mériterait d'être reproduit correctement…   dans une revue qui exigent l'accès aux données sources, et dont les reviewers travaillent mieux !

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer