Livre blanc de SpringerNature sur le partage des données : cinq recommandations simples

Data sharingCe rapport de 24 pages a été préparé par cinq collaborateurs du groupe SpringerNature (accès libre). Ils sont basés en Angleterre, et ont une connaissance d'autres pratiques que celle des revues du groupe (F1000, BMC avant son rachat par Springer). Ils ont différentes positions dans le groupe.

Ils ont repris des enquêtes auprès d'environ 11 000 chercheurs, y compris une enquête en Chine, et une au Japon. C'est un 'position paper' de la société Springer, et ils n'expliquent pas leurs méthodes de travail. Il existe pas mal de rapports sur ce sujet difficile…. mais ce rapport est raisonnable.. il serait utile d'avoir les avis d'autres acteurs, comme les chercheurs et surtout les universités. Le partage des données est souvent fait par des emails, ou des clés USB quand on interroge les chercheurs. Ce n'est pas satisfaisant. Il y a cinq facteurs essentiels pour le partage des données :

  1. Une politique claire : Sont concernés les financeurs, les institutions, les revues/éditeurs et les communautés de recherche individuelles. L'établissement d'exigences claires et précises en matière de gestion et de partage des données entraînerait un changement dans le comportement des chercheurs.
  2. Une meilleure reconnaissance : Le partage des données doit valoriser le temps d'un chercheur. Grâce à une reconnaissance plus officielle au moyen de citations de données, de la qualité d'auteur, de l'inclusion dans les évaluations de la recherche et de l'avancement professionnel, le partage des données augmentera. Note : dans un billet de 2017, j'ai présenté la notion de 'data authors', mais je n'ai pas vu son utilisation….
  3. Un financement explicite : Pour la gestion et le partage des données, ainsi que pour la publication des données. Une politique sans un accès à des fonds dédiés pour permettre la conformité ne pourra pas se traduire par une augmentation du partage des données.
  4. Un soutien pratique : Pour l'organisation des données, la recherche de référentiels appropriés et la mise à disposition d'itinéraires plus rapides et plus faciles pour le partage des données (infrastructure). La plupart des chercheurs ne savent pas comment ni où rendre leurs données de recherche disponibles.
  5. Mise en pratique et formation : Répondre aux questions courantes des chercheurs sur le partage des données et aider à développer les compétences et les connaissances. Communiquer les avantages des meilleures pratiques en matière de données et aborder les sujets de préoccupation communs contribuerait grandement à faire du partage des données la norme.
Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

– –

Vous pourriez aussi aimer

neque. pulvinar Praesent leo efficitur. consectetur tristique facilisis sit