Dysfonctionnements de la mise sur le marché des anticancéreux : les experts de la FDA confirment mais rien ne changera

Hier, nous avons évoqué le 23 août deux articles originaux et deux commentaires dans le JAMA Intern Med sur la mise sur le marché des anticancéreux : les dysfonctionnements sont prouvés car la rapidité d’accès, la nouveauté sont demandées par les patients et poussées par les industries. Trop d’anticancéreux sont mis sur le marché sans avoir des données de qualité sur un critère de jugement anticancéreux milbankmajeur qui est la survie des patients traités. Les agences laissent faire des situations peu acceptables, avec des essais faits avec des critères de substitution. Ces données dans le JAMA Intern Med sur ces dysfonctionnements sont objectives, et quantitatives.

Une bonne étude qualitative a été publiée dans The Milbank Quarterly le 12 août 2019 : cet article de 38 pages a analysé des documents, et l’auteur a interviewé de responsables actuels et anciens de la FDA aux USA.  L’article en accès libre décrit très bien l’historique des décisions de la FDA en matière d’anticancéreux :

  • Ces dernières années, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a autorisé la mise sur le marché de plusieurs médicaments dont l’innocuité et l’efficacité ont été démontrées de façon limitée, à condition que les fabricants acceptent d’effectuer des études supplémentaires pendant que les médicaments sont utilisés en clinique.
  • Des études suggèrent que ces exigences post-commercialisation manquent souvent de transparence, sont sujettes à des retards et ne répondent pas aux questions les plus importantes sur le plan clinique.

Ce sont 23 experts qui ont été interviewés pendant un temps médian de 61 minutes (extrêmes de 24 à 227). Tous ont eu des responsabilités majeures, et l’un a dirigé la FDA. L’article détaille des situations, et fourmille d’informations, et explique que ces décisions vont à l’encontre de la santé publique. Je vous traduit seulement une partie du résumé qui montre que cette situation est bien connue, et que la FDA ne peut rien faire :

L’insuffisance des ressources et de la coordination au sein de la FDA, l’insuffisance des autorités juridiques et l’économie politique du retrait d’une indication approuvée face à l’opposition des entreprises et des patients contribuent toutes aux lacunes observées dans l’utilisation et l’application par la FDA des exigences post-commercialisation. De plus, la FDA est pleinement consciente de ces défis, mais semble pourtant résignée et résistante aux critiques sur son utilisation des exigences post-commercialisation.

 

 

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer