COVID-19 : conseils pour choisir une revue pour l’article AZI/HCQ co-signé par Mme la députée Martine Wonner

Chère Madame,

en tant que députée et pour montrer l'exemple aux chercheurs, vous devez retirer l'article publié dans la revue prédatrice Asian Journal of Medicine and Health. Si vous ou vos co-auteurs doutent qu'il s'agit d'une revue prédatrice, je suis à votre disposition pour en discuter. J'espère que LA revue ne vous demandera pas trop d'argent pour la rétractation. Grâce à votre article, des chercheurs, des institutions, des politiques, des journalistes ont découvert les revues prédatrices : MERCI !

J'ai réfléchi aux revues que vous pouvez considérer pour une nouvelle soumission. Il faut être vigilant dans ce choix. Voici quelques pistes de réflexion, compte tenu que les revues peuvent être classées en :

  • revues prédatrices : vous avez la sagesse de les éviter à l'avenir, et je vous en félicite ; n'en parlons plus et je vous Paradiseremercie d'inciter les politiques à prendre des positions judicieuses pour informer les chercheurs ;
  • revues d'éditeurs appartenant à une zone grise que je conseille d'éviter, par exemple les groupes Frontiers, MDPI et d'autres ;
  • revues légitimes que je classerai en revues prestigieuses, en revues de sociétés savantes majeures, et en revues de complaisance.

La zone grise caractérise des revues, parfois de qualité, avec un taux très élevé d'acceptation des articles, parfois des pratiques de spam et une opacité sur leurs comptes. Je déconseille, encore que parmi ces revues certaines soient bonnes, parce que vous allez payer des FTA/ACP (Frais de Traitement des Articles / Article Processing Charges) élevés. D'ailleurs les FTA de 20 des 61 revues du groupe Frontiers ont augmenté de 18 % (jusqu'à 55 %) par an (vous aurez quelques détails dans ce billet de blog intitulé 'Frontiers 2020: a third of journals increase prices by 45 times the inflation rate').

Les revues légitimes que je mettrai en 3 groupes :

  1. Les revues prestigieuses : oublions Nature qui a montré que la chloroquine n'a pas d'effet antiviral, et Science pour évoquer les revues cliniques du V5. Le NEJM, JAMA, Annals et The Lancet ne pratiquent pas le peer review ouvert que vous recherchez. Leur peer review, de qualité, n'est pas transparent contrairement au BMJ. The Lancet gate a montré que NEJM et Lancet dégainaient vite pour reconnaître leurs erreurs et rétracter un article… Ne prenez pas de risque, d'autant plus que le NEJM a publié des essais montrant que chloroquine et azithromycine n'ont pas d'efficacité en préventif et curatif… Avec ces revues prestigieuses, vous pourriez tomber sur des reviewers exigeants.
  2. Les revues de spécialité de qualité et il en existe beaucoup : une revue de maladies infectieuses, de pharmacologie, de médecine générale ? J'ai mis les mots clé de votre article dans des sites de sélection de revues, et il y a de nombreuses revues proposées. Vous pouvez voir les résultats pour Edanz (les mots-clés suggèrent des revues de soins premiers de faible facteur d'impact), pour Jane (le titre inséré dans Jane suggère pas mal de revues dont certaines exigeantes, soit cliniques, soit pharmacologiques), avec le Journal Finder d'Elsevier (beaucoup de suggestions, assez bonnes), et il en existe encore d'autres que je n'ai pas testés… Il y a des risques avec certaines de ces revues, dont des françaises, car des membres de comités de rédaction pensent que la chloroquine n'est pas efficace…. Evitez la revue Exercer car ils sont exigeants et vont vous demander des trucs compliqués (c'est comme cela que l'on reconnaît les revues qui travaillent bien). De même, La Revue Prescrire ne publie pas d'articles originaux !
  3. Les revues de complaisance pourront accepter votre article, et le choix est important. C'est probablement la meilleure solution :

    Vous pouvez aller vers des revues antivaxx qui prennent tout ce qui est contre tout, et Mme M Rivasi connait mieux que moi. Elle pourrait vous conseiller une revue qui vient de publier un article intitulé "5G Technology and induction of coronavirus in skin cells". Cet article a été qualifié du plus mauvais article de 2020 par E Bik qui connait le sujet, et finalement rétracté.

    Votre collègue député, J Son-Forget, a choisi la revue Spatial and spatio-temporal epidemiology qui a l'avantage de ne pas connaître le sujet. Il vient de publier un article  dont le titre est : "Covid-19 And Vit-D: Disease Mortality Negatively Correlates With Sunlight Exposure".

    Il y a des revues qui défendent le Lyme chronique, voire l'artemisia (Phytomedicine)… L'article dans Phytomedicine (Artemisia annua and Artemisia afra tea infusions vs. artesunate-amodiaquine (ASAQ) in treating Plasmodium falciparum malaria in a large scale, double blind, randomized clinical trial) co-signé par Christian Peronne, analyse une base de données fraudées (je peux vous apporter les preuves). C Peronne peut probablement vous aider.

    Si vous choisissez un des bulletins paroissiaux de l'équipe de D Raoult, je vous suggère d'ajouter un co-auteur de Marseille car cela a deux intérêts : vous assurer de l'acceptation, et rapporter des points SIGAPS à l'AP-HM…

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

3 commentaires

  • Par rapport à la zone grise, je ne mettrai plus Frontiers dans la catégorie « prédateurs ».
    Ils acceptent beaucoup de papiers, c’est vrai, et certains sont limites. Mais il y a aussi énormément de très bon articles. Par ex, Frontiers in Plant Science est maintenant considéré comme un bon journal (dans le top20 des journaux en « plant science ») malgré quelques couacs. Le reviewing est souvent de qualité.

    Répondre
  • Bonjour
    les problèmes sont :
    — OUI, de très bonnes revues chez Frontiers, mais aussi de mauvaises
    — pas de chiffres publiés sur Frontiers, société privée dans les mais de quelques actionnaires… profit ??
    — vous avez vu l’augmentation des frais de traitement des articles avec des taux de plus de 10 à 20 % par an…
    Cdlmt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer