L’intégrité scientifique à l’OPECST : ‘la culture de l’article est une dérive catastrophique’.

Que penser du rapport intégrité et publications scientifiques proposé à L"Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) du 9 juillet 2020 ? Cette communication a été présentée par MM. Pierre Henriet, député, et Pierre Ouzoulias, sénateur. C'est un bon rapport*, mais les membres de notre parlement n'ont pas pris la mesure des problèmes des revues prédatrices. Je cite quelques passages en vous suggérant de lire le rapport* qui fait 13 pages :

  • "Je vais vous faire lecture d'une proposition de rédaction que nous souhaitons soumettre à l'Office parlementaire. Elle pourrait faire l'objet d'un amendement : « Art. L. 211-1 – L'intégrité scientifique désigne l'ensemble des règles et des valeurs Opecst qui garantissent le caractère honnête et scientifiquement rigoureux de l'activité de recherche. L'ensemble des travaux de recherche réalisés sur le territoire français doit être conforme aux prescriptions en matière d'intégrité scientifique définies par les établissements ou à défaut par la charte française de déontologie des métiers de la recherche de janvier 2015, ou sa version mise à jour ultérieurement."
  • Toutes les disciplines ne sont pas touchées de la même manière. Dans les disciplines de la biologie et de la santé, les faits sont inquiétants. La responsable de l'intégrité scientifique à l'INSERM nous disait qu'entre quatre et cinq demandes d'informations par semaine lui étaient remontées. L'emballement manifeste de la science est un vrai problème. Il est dû à une culture de l'article, qui veut qu'il soit de plus en plus diffusé, après avoir été publié le plus rapidement possible, pour toucher de plus en plus de monde et maximiser son impact, ainsi que la notoriété de son auteur. C'est une dérive catastrophique.
  • En outre, notre société a tendance à donner trop d'importance aux critères quantitatifs, car ces derniers sont plus simples à manier. Nous n'allons pas non plus évoquer le nom d'un professeur qui a disposé d'une tribune médiatique forte, dans une ville du Midi connue pour être une ancienne colonie de Phocée...
  • Cédric Villani cite des cas de méconduites, par exemple "La seconde est l'affaire Séralini, du nom du biologiste qui a voulu apporter la preuve de la cancérogénicité des organismes génétiquement modifiés (OGM). Là aussi la question des statistiques était prégnante, et il s'agissait d'un sujet d'actualité. Plus récemment, dans le cadre de la pandémie, le professeur Montagnier, pourtant Prix Nobel de médecine, est aussi intervenu dans le débat public de manière extrêmement déstabilisante. Cela rappelle que l'autorité scientifique n'est jamais une chose acquise : Luc Montagnier et Didier Raoult sont ou ont été tous deux d'éminents scientifiques."

* Je remercie la personne qui m'a signalé une erreur dont je m'excuse, car j'ai qualifié de rapport ce qui n'est qu'un 'relevé des échanges', comme dit sur ce document. Le rapport sera présenté le jeudi 5 novembre 2020 en réunion de l’OPECST.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer