COVID-19 : les premières publications étaient des études rétrospectives, des séries de cas ou des modélisations, avec des auteurs chinois

Une  équipe de chercheurs croates a analysé des publications contenant des données originales sur la COVID-19. L'article a été BMC MRM 1publié le 22 juin 2020 dans BMC Medical Research Methodology. Ce sont des publications faites entre janvier et mi-mars 2020. Ce sont les auteurs chinois qui prédominaient, et les publications n'étaient pas des essais randomisés (normal à cette date). Les essais cliniques dont le protocole avait été enregistré ne semblaient pas prometteurs car très hétérogènes.

Voici les méthodes : "Nous avons analysé les caractéristiques des articles de revues avec des données originales indexées au 19 mars 2020 dans la collection COVID-19 de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), des articles publiés sur les serveurs de préprints medRxiv et bioRxiv au 3 avril 2010. En outre, nous avons évalué les caractéristiques des essais cliniques indexés dans la plateforme du Registre international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP de l'OMS) avant le 7 avril 2020."

Voici les résultats (traduction du résumé) :

  • Parmi les 2118 premiers articles sur la COVID-19 publiés dans des revues scientifiques, 533 (25%) contenaient des données originales. La majorité a été publiée par des auteurs chinois (75 %) et financée par des sponsors chinois (75 %) ; un quart a été publié en langue chinoise. Parmi les 312 articles qui ont fait état d'un plan d'étude, les plus fréquents étaient des études rétrospectives (N = 88 ; 28 %) et des rapports de cas (N = 86 ; 28 %), analysant les caractéristiques des patients (38 %). Le facteur d'impact médian des revues dans lesquelles les articles ont été publiés était de 5,099.
  • Parmi les 1 088 articles préprints analysés, la majorité provenait d'auteurs affiliés en Chine (51 %) et étaient financés par des sources en Chine (46 %). Moins de la moitié ont fait état d'un plan d'étude ; la majorité était des études de modélisation (62 %) et analysait la transmission/le risque/la prévalence (43 %).
  • Sur les 927 essais enregistrés analysés, la majorité était de nature interventionnelle (58 %). La moitié recrutait déjà des participants. Dans la majorité des cas, le lieu de réalisation de l'essai était la Chine (N = 522 ; 63 %). Le nombre médian de participants prévus était de 140 (intervalle : 1 à 15.000.000). Les essais d'intervention enregistrés ont utilisé des résultats primaires très hétérogènes et ont testé des interventions très hétérogènes ; les interventions les plus fréquemment étudiées étaient l'hydroxychloroquine (N = 39 ; 7,2 %) et la chloroquine (N = 16 ; 3 %).
 
 
 
 
Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

– –

Vous pourriez aussi aimer

efficitur. eget sed commodo Donec id, sem, Aliquam id ut