COVID-19 : le NEJM, politiquement correct, s’énerve contre Trump, car les USA ont très mal géré la pandémie

NEJM mourirLe New England Journal of Medicine (NEJM), qualifié de pravda des chercheurs, n'a pas l'habitude d'avoir des positions politiques opposées au gouvernement. L'éditorial du 8 octobre 2020 mérite lecture attentive tant il est critique envers la politique de Trump, en prenant la défense des agences publiques américaines (FDA, CDC, NIH) sous la coupe de l'administration. Il est signé 'The Editors' et suit des pratiques d'autres revues comme The Lancet avec des éditoriaux engagés. Les rédacteurs connaissent bien les maladies infectieuses, en particulier le rédacteur en chef. Cet éditorial est traduit en chinois ! Voici le deuxième paragraphe :

L'ampleur de cet échec est étonnante. Selon le Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering1, les États-Unis sont en tête du monde pour le nombre de cas de Covid-19 et de décès dus à la maladie, dépassant de loin les chiffres de pays beaucoup plus grands, comme la Chine. Le taux de mortalité dans ce pays est plus de deux fois supérieur à celui du Canada, dépasse de près de 50 % celui du Japon, un pays dont la population est vulnérable et âgée, et dépasse même de près de 2000 % les taux des pays à revenu moyen inférieur, comme le Vietnam. Le problème de la Covid-19 est un défi écrasant, et de nombreux facteurs contribuent à sa gravité. Mais celui que nous pouvons contrôler est la manière dont nous nous comportons. Et aux États-Unis, nous nous sommes toujours mal comportés.

Les deux pages sont cinglantes…  avec aussi l'emprise de l'administration Trump sur les agences, avec une pression pour avoir des traitements et vaccins. La FDA ne répond plus aux preuves scientifiques ! Cela rejoint un éditorial, pas très méchant, du JAMA montrant que l'administration contrôle la revue scientifique en épidémiologie MMWR.

Notons que le même jour, le NEJM a publié l'essai Recovery montrant l'inefficacité de l'hydroxychloroquine avec 1 561 patients traités versus 3 155 avec soins courants. Résultat principal sans appel : "Death within 28 days occurred in 421 patients (27.0%) in the hydroxychloroquine group and in 790 (25.0%) in the usual-care group (rate ratio, 1.09; 95% confidence interval [CI], 0.97 to 1.23; P=0.15). Consistent results were seen in all prespecified subgroups of patients. The results suggest that patients in the hydroxychloroquine group were less likely to be discharged from the hospital alive within 28 days than those in the usual-care group (59.6% vs. 62.9%; rate ratio, 0.90; 95% CI, 0.83 to 0.98). Among the patients who were not undergoing mechanical ventilation at baseline, those in the hydroxychloroquine group had a higher frequency of invasive mechanical ventilation or death (30.7% vs. 26.9%; risk ratio, 1.14; 95% CI, 1.03 to 1.27). There was a small numerical excess of cardiac deaths (0.4 percentage points) but no difference in the incidence of new major cardiac arrhythmia among the patients who received hydroxychloroquine."

PS du 16 octobre : Bonne analyse de Johanne Montay, sur la radio belge en citant d'autres revues prenant partie pour J Biden.

 
 
 
 
 
Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

5 commentaires

  • Merci de votre article. Le comble est qu’aucun journal de la dite grande presse, ni aucun des imbéciles prébendés des télé et radio n’en ont fait mention. Par ailleurs la conclusion de l’éditorial est beaucoup plus instructive, directe et sévère sur l’incompétence absolue du Trump et de sa bande, et demande aux américains de l’exclure aux prochaines élections pour arrêter le carnage et rebâtir les USA.

    Répondre
  • Si la responsabilité de l’administration républicaine est écrasante dans la gestion calamiteuse de la pandémie , c’est aussi la politique sanitaire prévalente aux EU qui est en cause ; ce pays qui à les dépenses de santé les plus élevées est aussi celui qui voit la baisse d’espérance de vie de sa population diminuer depuis 3 ans avec des inégalités sociales de santé majeures . C’est un échec cuisant d’une politique sanitaire de type néo-libéral .

    Répondre
  • Mr Siary.
    Vous avez parfaitement raison, et tout le monde le sait depuis longtemps. Les américains US dépensent 2 fois plus pour leur santé que tous dans les pays européens, avec en plus 40 million d’exclus avant l’Obamacare (maintenant juste 2O millions), et une mortalité supérieure à celui des pays européens.
    Il existe une multitude de raisons de cette incompétence et gabegie, dont un coût de gestion de la santé par des organismes privés au moins 3 fois plus chers qu’en Europe, des médicaments et médecins 2 fois plus chers qu’en Europe, et tout à l’avenant.
    Mais les européens sont bien sûr des imbéciles… qui osent payer 2 fois moins chers, et vivent en plus… plus longtemps… Des communistes… et rien de plus…

    Répondre
  • Rien de nouveau sous le soleil.
    Dans son site d’accès libre Covid-19 resource center, The Lancet publie le 12 octobre un commentaire de Mark Honigsbaum, Lakshmi Krishna :Taking pandemic sequelae seriously: from the Russian influenza to COVID-19 long-haulers, et en plus une photo de la 1ère page d’un article d’un journal satirique du début du 19 ème siècle : Le grelot.
    On peut y voir une sarabande des traitements proposés à l’époque, totalement inefficaces, contre l’influenza, dont une antipyrine, et la quinine récemment découverte.
    Comme quoi à 2 siècles de distance, les mêmes imbécilités aujourd’hui d’un Raoult (avec son hydroxychloroquine) et de sa bande d’escrocs de Marseille peuvent se vendre à satiété dans la presse, tous les moyens dits sociaux et même chez les politiques.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer