doi

L’abandon de la pagination des articles est lent… mais c’est l’avenir

Je croise souvent des chercheurs qui expriment leur étonnement quand des références n’ont plus de numéros de pages pour chaque article. L’abandon de la pagination a bientôt 20 ans en biomédecine… depuis l’apparition des revues purement électroniques, groupes BMC, PLOS et autres.

Félicitions Pascal Léger pour ses explications simples et claires dans une note parue dans ACCPM (Anaesthesia Critical Care & Pain Medicine). Il s’agit des Annales Françaises d’Anesthésie et de Réanimation, la revue de la SFAR (Société Française d’Anesthésie et Réanimation) qui ont viré à l’anglais. ACCPM n’a pas de format papier, et a ajouté Pain Medicine en traduisant le titre. D’après les instructions aux auteurs, ACCPM utilise un peer review en double aveugle… Ils devraient réfléchir au peer review ouvert qui est transparent et marche bien. Résultat : augmentation rapide du facteur d’impact de ACCPM, dans cette discipline où les experts français ont une notoriété mondiale.

La note de P Léger, au nom du comité de rédaction, en février 2021, est intitulée ‘Introducing article numbering and article-based publishing to Anaesthesia Critical Care & Pain Medicine‘. C’est la description de ce qui se passe progressivement pour toutes les revues qui mettent en ligne des articles dès l’acceptation et composent progressivement les numéros futurs.

  • La numérotation de l’article remplace la pagination dans une citation ; c’est une abréviation du DOI, digital object identifier, avec une exemple ACCPM 2021;40:10013
  • La publication par article permet de mettre en ligne les articles sans attendre la publication périodique d’un sommaire par numéro ; les articles n’attendent plus, et sont inséré immédiatement dans un numéro qui se construit.

Les avantages : chaque article est consulté sans avoir à faire défiler par exemple plusieurs articles d’une section, préparation de numéros spéciaux sans attendre le dernier article soumis pour tout mettre en ligne, citations prises en compte plus rapidement.

PS : ne pas confondre SFAR et SRLF (Société de Réanimation de Langue Française). C’est illustré en page C2 du numéro 51 de What’s Up Doc (oct – déc 2020). Mieux vaut en rire !

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer