tintin

Les algies du périnée et des fesses dans les aventures de Tintin : bravo pour les SIGAPS

Il faut être un bon connaisseur des albums de Tintin pour conduire cette recherche. Félicitons l’auteur, G Amarenco, et la revue qui a publié ce travail en avril 2021, Progrès en Urologie. Une récompense par une allocation de points SIGAPS est pour une fois méritée. Outre cette recherche, l’article contient toutes les bonnes références sur les problèmes de santé de Tintin. Il y a presque 20 publications, et les revues sont Amercian Journal of Neuroradiology, BMJ, CMAJ, Journal of the American Geriatric Society, La Presse Médicale, Louvain Médical, Thérapie, sans oublier un livre Tintin chez le psychanaliste.

Dans cet article intitulé ‘Les algies périnéo-glutéales traumatiques dans les aventures de Tintin. Ou Tintin au pays des algies périnéales’, il y a la constatation connue de la diminution des traumatismes au cours des albums (le muscle glutéal, c’est le muscle fessier).  Dans les méthodes, précisons que la durée de la douleur a été quantifiée par le nombre de cases où le sujet était représenté souffrant de telles algies, et la gravité par le nombre d’étoiles ou de signes désignant la région et stéréotypant l’importance de l’algie. Je reprends le paragraphe résultats de l’article :

Cinq cent un traumatismes ont été retrouvés dans les aventures de Tintin et Milou dont 47 périnéo-glutéales (AGP), soit 9,4 % des cas à comparer aux 299 traumatismes de la tête (60 % des cas). Six albums sur les 23 ne rapportent aucune APG. Les APG sont habituellement traumatiques, soit par chute (68 %) soit par traumatisme direct (coup de pied au derrière 6 %, fessée 4 %), beaucoup plus exceptionnellement le fait d’une morsure (2 cas), d’une brûlure (2 cas), d’aiguilles ou flèches insérées dans le postérieur (5 cas) et de plaie par balle (1 cas). Tintin est le plus concerné (19 %) avec le capitaine Haddock (23 %), suivi de Milou (15 %). Les méchants et les gentils ne se partagent pas équitablement la souffrance périnéale puisque les gentils sont paradoxalement plus exposés (79 % vs 21 %). Il n’y a pas de corrélation entre les traumatismes de la tête et les APG (r2= 0,117). L’indice de gravité pour les APG est de 5,21 avec une durée moyenne de 3,01 vs 6,88 de gravité et 3,2 de durée pour les traumatismes de la tête, soit une différence hautement significative au test de Student (p = 0,00259). Le nombre total de traumatismes par album diminue progressivement au fil des albums (r2= 0,3111) avec, par exemple, 38 pour le 1eralbum (Tintin chez les Soviets) et 4 pour le dernier (Tintin chez les Picaros). Cette diminution des traumatismes est plus nette pour les traumatismes céphaliques (r2= 0,1436) que pour les AGP (r2= 0,2189).

C’est un plaisir lire la discussion et nous excusons volontiers l’auteur car elle est longue. Il y a un certain nombre de digressions hors du sujet de recherche, mais c’est très agréable ! Et aussi un peu d’humour… Bravo

J’ai découvert cette recherche grâce à P Gozlan que je remercie

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer