Le Comité d’éthique du Cnrs nous fait plaisir : BRAVO, c’est une bonne surprise

cometsComme d’autres j’ai apprécié un avis très courageux du Comité d’éthique du Cnrs (COMETS), car sans langue de bois. L’avis n°2021-42 a été approuvé en séance plénière le 25 juin 2021 et publié le 21 septembre. Il faut lire les 26 pages car c’est bien écrit. Vous devez en faire la promotion auprès de vos collègues, car il n’est pas sûr que nos tutelles le diffuseront beaucoup….

Cet avis analyse bien cette période d’euphorie de la pandémie due au virus SARS-CoV-2, avec une communication intense. Il met en valeur de nombreux points positifs comme la science ouverte, etc…. Il nous éclaire aussi sur de nombreuses dérives, et j’évoquerais bientôt celles l’IHU de Marseille.

Le Quotidien du Médecin l’a analysé. De même Egora et d’autres médias. L’avis a été analysé par Sylvestre Huet sur son blog hébergé par Le Monde (S Huet a été audité par le COMETS), avec pour titre : ‘Le comité d’éthique du Cnrs accuse Didier Raoult‘. Son billet reprend des extraits bien choisis et vous donne un aperçu rapide de l’avis. Comme Egora, S Huet associe Ph Douste-Blazy et C Perronne au savant de Marseille dans les dérives et c’est vrai !

En page 4 du pdf de l’avis, il y a le plan et en cliquant sur chaque item du plan, vous accédez immédiatement à la partie du pdf correspondante. Beaucoup de liens à d’autres ressources et c’est agréable. Les intertitres du plan donnent une vision de l’avis :

  • Impact de la crise sanitaire sur la communication scientifique
  • La communication au sein de la communauté scientifique
    • Publier la science. Des initiatives bienvenues mais aussi des dérives
    • Des écarts à l’intégrité scientifique, à la déontologie et à l’éthique lourds de conséquences
    • Une croissance inédite des prépublications. Un progrès mais des dérives
    • Vers le développement d’une communication « virtuelle » entre scientifiques
  • Communication scientifique à destination du public
    • La communauté scientifique au service de l’information du public
    • L’information scientifique dans les médias
  • Communication scientifique à destination des politiques : des experts pour éclairer leurs décisions
  • Défiance envers la science. Quand la parole du scientifique est confrontée au « populisme scientifique »

L’avis se termine par 13 recommandations, et j’adore celles qui évoquent nos collègues sur les plateaux de télés. Si seuls des spécialistes compétents avaient parlé, il y aurait eu beaucoup moins de conneries (vous voulez des noms ?) :

4) En s’exprimant dans l’espace public, le chercheur engage sa responsabilité de scientifique. S’il fait état de sa qualité, il doit préciser à quel titre il prend la parole : en spécialiste apportant son expertise sur le sujet débattu, en tant que représentant de l’organisme de recherche ou d’une institution, ou bien à titre de citoyen engagé voire de militant.
5) Le chercheur doit faire la distinction entre ce qui relève de connaissances validées par des méthodes scientifiques de ce qui relève d’hypothèses de travail ou fait l’objet de débats. Il convient par ailleurs de signaler les marges d’incertitude des résultats de la recherche.

PS : je vais encore avoir des ennuis de la part de l’IHU. C’est fou d’être menacé de la guillotine sans avoir beaucoup de soutiens.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

10 commentaires

  • La croissance exponentielle des malandrins dans le monde scientifique impose que vos activités courageuses et indispensables se fassent sur un mode de collaboration avec vos pairs dans d autres pays. Je pense par exemple à « for better science ». Mais si vous etes interessés je me ferai un plaisir de partager les quelques contacts dont je dispose…

    Répondre
  • Je vous remercie pour votre commentaire. J’ai quelques contacts irréguliers avec Leonid Schneider (for better science qui je suis irrégulièrement), avec Elisabeth Bik, Boris Barbour (PubPeer), et quelques autres… Mais je suis preneur de contacts en plus
    MERCI

    Répondre
  • Je suis ravi de cette communication. Lorsque la faute est reconnue, et dans le cas du professeur Raoult, cela ne fait plus de doute, il est le seul à se croire, il fait AGIR. Ce texte du COMETS fait des recommandations, maintenant il faut que la gouvernance les mette en force et sanctionne selon la faute, la connaissance de cette faute et la récurrence. J’en profite pour vous remercier M Maisonneuve pour le travail « bénévole, mais combien important et gratifiant que vous accomplissez.

    Répondre
  • Merci pour ce commentaire…. mais dénoncer est une chose, agir est plus complexe !!! Le COMETS n’est pas le seul à déclarer les problèmes de l’IHU…. mais rien ne se passe

    Répondre
  • Hélas ! L’OFIS a été beaucoup plus mou et se défausse sur « les opérateurs de recherche », car il ne peut « se prononcer sur des cas individuels ».
    En tous cas cet office aura fait la preuve de son excellente formation à l’utilisation à la langue de bois…

    Répondre
    • Bonsoir,
      merci pour ce commentaire et je suis d’accord. J’ai un billet planifié sur l’OFIS la semaine prochaine, plutôt que langue de bois j’ai dit que l’OFIS pissait dans un violon…. mais n’accusons pas les personnels car c’est la mission de l’OFIS qui pose problème

      Répondre
  • Bonjour,
    Sur le web, je n’ai trouvé que 4 sites qui parlent de cet Avis 2021-42, dont un seul journal : Le Point, mais dont le titre de l’article est sybillin et dont le texte ne cite pas le nom de Monsieur Raoult. J’ai informé le Canard Enchaîné. J’ai essayé de faire passer l’info à Charlie Hebdo. Et j’ai écrit au Président du Comets : le « traitement » de Raoult est inefficace contre le Covid-19, ses deux études sont scientifiquement infâmes, il n’a jamais répondu aux critiques de ses pairs, il a persisté à faire de la publicité pour ce pseudo traitement, et les deux composants de son « traitement » sont chacun dangereux pour le cœur. Conclusion : des milliers, sinon des dizaines/centaines de milliers, de personnes dans le monde ont été exposées inutilement à deux produits augmentant fortement les risques cardiaques (entre 2 et 27% selon les études), et donc il est certain que beaucoup de personnes ont souffert de ce traitement et qu’il y a eu des morts.
    Question : qui va enfin demander au Procureur de la République d’enquêter sur la responsabilité de Raoult dans la mise en danger de la vie d’autrui et pour homicides involontaires ? Et quand ?
    Il faut que la Justice passe et que les responsables soient enfin punis.

    Répondre
  • En changeant mes critères de recherche, j’ai également trouvé : Le Midi Libre, L’Indépendant, La Dépêche, La Marseillaise, Ouest-France, Valeurs Actuelles, qui ont parlé aussi de ce rapport. Mais tous ces articles dans des petits journaux datent de fin septembre, et depuis : RIEN. Aucune déclaration officielle du ministère de la Santé ou de celui de la Justice. Et je n’en ai entendu ni à la radio ni à la télé (mais je n’écoute pas tout !).
    Qui, enfin !, va oser traîner Raoult en justice et lui demander des comptes pour le mal qu’il a fait à la Science, à la France, et aux victimes (malades ou morts) de son égo surdimensionné ??!!
    Deux articles du Code Pénal prévoient des peines de prison pour la mise en danger de la vie d’autrui et surtout pour homicide involontaire. La Justice doit étudier le cas de Raoult et décider s’il est coupable, ou pas, de ces crimes, et s’il doit payer en allant en prison (ferme).

    Répondre
    • Bonjour
      merci pour vos commentaires, et je confirme que cette information n’a pas été suffisamment relayée par les confrères de l’Express. Les télés assez muettes sur cette question ! Est-ce que c’est un sujet mal compris ? Est-ce la peur de DR qui menace tout ce qui bouge ? Est-ce que l’Agence du médicament va saisir le procureur ? Il y a des preuves suffisantes…
      Merci

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer