L’emprise du faux : prendre conscience pour mieux lutter contre les fake news qui ont gagné des combats

Je remercie encore le conseil qui m’a été donné : lire cet ouvrage dont le sous-titre est excellent : « Désinformation : le temps du combat« . Très documenté pour comprendre des problèmes liés principalement aux réseaux sociaux.  Mais les fake emprise du fauxnews ne sont pas nouvelles… car elles ont existé dans l’histoire. Brexit, élection de Trump n’auraient pas eu lieu sans ces infox. Très documenté avec la diminution du nombre de journalistes qui laisse proliférer des torchons comme le blog France Soir. Apprendre qu’en Macédonie, à Vélès, des adolescents gagnaient 5000 $ par mois pour soutenir Trump avec des fake-news pendant sa campagne (revenu mensuel moyen de 400 $) ouvre nos yeux. Vous apprendrez pourquoi on dit ‘QAnon’, aurez des extraits du dernier discours de B Obama POTUS, etc… Je cite un paragraphe d’un historien (page 150) : « Comme Hitler, Trump est arrivé au pouvoir à un moment où la presse est en déroute ; la crise financière de 2008 a fait aux journaux américains ce que la Grande Dépression avait fait aux journaux allemands. Les nazis pensaient qu’ils pourraient recourir à la radio pour remplacer le vieux pluralisme des médias ; Trump a essayé la même chose avec Twitter ».

L’auteur est le mieux placé pour exposer ce sujet car il dirige l’Agence France-Presse. Le livre est très actuel, avec des données de 2021, des informations sur Samuel Patty… et d’autres vraies news. Le livre est encourageant en présentant toutes les stratégies pour lutter..  Et je vous conseille le site AFP Factuel qui identifie et démonte des fake news.

Voici la quatrième de couverture qui est bien faite : La désinformation, devenue notre quotidien, pénètre partout et exerce une emprise croissante sur les esprits.  Pourtant, la combattre est possible. Pour mener la lutte, il faut d’abord connaître l’ennemi, comprendre le fonctionnement de la fabrique du mensonge, les mécanismes de la montée aux extrêmes, les mutations du paysage de l’information sur lesquelles prospère le faux.  La riposte, elle, a plusieurs visages : responsabilisation des plateformes sur les contenus qu’elles diffusent, démonétisation de la désinformation, correction des effets pervers des algorithmes, intensification du fact-checking, travail d’investigation sur les réseaux et les stratégies de désinformation, défense et promotion d’une information de qualité accessible à tous, renforcement des moyens de lutte contre la haine en ligne. Fabrice Fries apporte ici le regard du praticien. Il dirige en effet l’Agence France-Presse, aujourd’hui reconnue comme le média qui dans le monde est le plus engagé dans la lutte contre la désinformation. Observateur privilégié de ce mal du siècle, il ne s’arrête pas au constat mais propose une stratégie de combat.

Je remercie Daniel Rodriguez

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer