datacc

Résultats négatifs : débats intenses au sein des équipes de recherche… faut-il les publier ?

Ce preprint déposé sur Zenodo le 30 septembre 2021 a pour titre : ‘Dissimuler ou disséminer ? Une étude sur le sort réservé aux résultats négatifs‘. J’ai aimé en attendant une publication après peer-review. Il s’agissait d’un questionnaire auprès de chercheurs en Rhône Alpes (chimie, physique, sciences de l’ingénieur, sciences de l’environnement). Cette recherche est conduite au sein du projet DATACC pour la gestion des données en physique et chimie. Voici les points clés :

  • Plus de 8 chercheurs sur 10 ont déjà produit des résultats négatifs qu’ils jugent utiles pour leur communauté, mais seule une petite fraction a été amenée à les partager.
  • Les résultats négatifs font l’objet de débats intenses au sein des équipes de recherche, mais leur communication demeure essentiellement interne et informelle, circulant peu au delà des laboratoires.
  • Faute de diffusion adéquate, près de 30 % des répondants rapportent avoir découvert qu’une autre équipe avait effectué les mêmes expériences aboutissant aux mêmes résultats infructueux.
  • Le manque de temps et la complexité de restitution et d’interprétation des résultats négatifs sont identifiés comme les freins principaux à leur diffusion.L’appétence pour la création d’une plateforme en accès ouvert de diffusion des résultats négatifs peut varier en fonction des profils et des disciplines.

Bon travail et vous trouverez en annexe une liste succincte de revues publiant des résultats négatifs. L’image ci-dessus vient du site DATACC.

Voici le résumé : Une enquête composée de 34 questions a été adressée à des chercheurs en chimie, physique, sciences de l’ingénieur et de l’environnement, en vue d’identifier leur rapport aux résultats de recherche infructueux ainsi que les freins et les leviers de leur diffusion. L’étude se fonde sur 310 réponses complètes émanant de participants affiliés à des établissements de recherche et d’enseignement français. Menée dans le cadre du projet Datacc, porté par les bibliothèques universitaires de Lyon et Grenoble Alpes, engagées dans l’accompagnement des chercheurs à l’ouverture des données de recherche, notre étude permet de combler le déficit de données sur le sujet au regard des disciplines concernées. Elle relève que 81 % des chercheurs interrogés ont déjà produit des résultats négatifs pertinents et 75 % se disent prêts à publier ce type de données. Pourtant, seuls 12,5 % des répondants ont déjà eu l’occasion de le faire dans une revue scientifique. Ce contraste béant entre l’intention et la pratique soulève des interrogations sur les obstacles en présence et les solutions potentielles à apporter.

Je remercie la lettre de MetaNews qui a cité ce preprint

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

3 commentaires

  • Tout dépend ce qu’on entend par « négatif » !
    En toute rigueur popperienne, seule la réfutation est une donnée scientifique, donc seuls sont dignes d’être publiés les résultat négatifs, qui invalident (avec une probabilité « suffisante ») l’hypothèse nulle !
    En réalité, la plupart des résultats sont sans signification, ou sans pertinence, simplement parce que le travail a été conçu de manière inadéquate : les études insuffisamment puissantes, ou biaisée, ou futiles, ne sont pas « négatives » mais stériles. Elles ne devraient pas être publiées, voire interdites à la publication – sauf à vouloir montrer justement ce qu’il ne faut pas faire, dans une revue de méthodologie générale… qui reste à éditer).
    On pourrait aussi longuement débattre à propos des précieux concepts de significativité et de pertinence clinique, dont l’acception courante laisse place à n’innombrables études sans valeur.
    En revanche les études correctement conduites qui contredisent une conjecture ou un préjugé sont évidemment essentielles – bien qu’elles ne parviennent justement pas à invalider l’hypothèse nulle !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer