Un publiant comme les aiment les institutions qui ferment les yeux : 284 publications COVID-19

wiwanikitTant que les institutions, les jurys, etc… demanderont aux chercheurs de beaucoup publier, nous auront des Fangio de l’article. Je remercie Nicolas Kluger qui, dans un tweet du 21 novembre 2021, nous signale qu’un auteur a publié 284 lettres (à voir si ce ne sont que des lettres) en 2020 et 2021 sur la Covid-19. Ces lettres semblent de peu d’intérêt.. mais elles sont acceptées par les revues ! Certaines sont des commentaires sur des articles, et d’autres semblent contenir quelques  données originales sur des trucs COVID-19 ! Ce sont de ‘très petits articles’.

Effectivement, les 284 lettres sont accessibles sur PubMed le 21 novembre, mais le nombre va monter (c’était 283 deux jours auparavant). Pour ce chercheur, sur Google Scholar, il y a plus de 7000 occurences. Les lettres sont signées par deux auteurs le plus souvent, Wiwinitkit étant second… donc il doit avoir des esclaves. Cet un émerveillement que de lire les titres de ces publications… Prenez une encyclopédie médicale, lister les maladies et ajoutez COVID-19. Les revues concernent de nombreuses spécialités… il doit y avoir du salami, des revues prédatrices, etc… Je n’ai pas investigué les articles en détail….il doit en avoir plus 3000 (dont 2800 dans PubMed), comme le savant de Marseille. Pourquoi les revues d’abord, et ensuite les institutions n’ont pas de moyens d’arrêter de telles pratiques ! Tout ceci est connu et identifié depuis longtemps.

Cet individu, qui a un titre MD, s’appelle Wiwanitkit Viroj et nous avons évoqué son cas en 2016…  avec déjà plus de 1500 publications. Son métier, c’est fait travailler des esclaves qui publient n’importe quoi. Il publiait en 2016 de courts articles, et surtout dans des revues prédatrices… ce qui en 2021 peut expliquer les 7000 occurences de Google Scholar. Son affiliation ‘Department of Community Medicine, Dr DY Patil University, Pune, India’. Il était en Thaïlande autrefois (Department of Laboratory Medicine, Faculty of Medicine, Chulalongkorn University, Bangkok, Thailand). Sur l’editorial board de revues prédatrices, il est visiting professor en Chine (Hainan Medical University). Quel établissement de santé peut lui proposer quelques vacations, afin d’attirer quelques ressources SIGAPS ? Dans le sud ?

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer