La cancérologie française dans le top des publications mondiales : analyse bibliométrique de qualité

Le CNCR (Comité National de Coordination de la Recherche) et la FHF (Fédération Hospitalière de France) ont publié un rapport sur la recherche clinique en cancérologie en France. Intéressant car ce rapport (février 2021) confirme la bonne place internationale de la France dans ce domaine sur la période 2010-2019. La bibliométrie bien utilisée apporte des informations comparatives entre pays ; l’analyse a été faite par P Devos (Lille) que nous félicitons. Un rapport détaillé de 68 pages, des iconographies, de nombreuses données, avec versions anglaises : parfait.

Je cite : L’Indice de Citation Normalisé (ICN) passe de 1,58 sur la première période (2010-2014) à 2,05 sur la seconde (2015-2019). L’excellence de la recherche se mesure également par le nombre de publications dans le Top 6 des grandes revues généralistes internationales (Lancet, Nature, Science, cancéroJAMA, NEJM et BMJ) : la France cosigne 13,8 % de ces articles sur la première période (143 publications) et 19,2 % sur la seconde (211) soit une augmentation de 48 %.

Il y a des rapports pour 18 organes et 7 maladies hématologiques. C’est très bien, même s’il y a moins de recherche mondiale dans certains domaines. La France est toujours très bien placée en Europe.

Pour être exhaustif, il faudrait le taux des essais cliniques dont les résultats ont été diffusés (sur des sites ou publiés). Ce sera obligatoire en 2022 pour les médicaments. Mais peut-être que c’est dans le rapport de 68 pages, car j’ai pu oublier cette information. Il est dommage que des résultats d’essais ne soient jamais connus ; c’est surtout regrettable pour les patients inclus dans ces essais.

Alors que nous militons pour développer la science ouverte, c’est hilarant de lire :

Aux termes du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle de la présente publication, faite par quelque procédé que ce soit, sans consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du CPI.

Je suggère au CNCR de lire, voire utiliser les licences Creative Commons

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer