Deux messages du NEJM : oubliez l’ivermectine pour la COVID-19 et publiez des essais négatifs

Le 30 mars 2022, le New England Journal of Medicine a publié un essai randomisé, double aveugle, versus placebo pour évaluer l’intérêt de l’ivermectine dans la COVID-19 pour prévenir les hospitalisations. Essai fait au Brésil avec 3515 malades dont 679 ont eu ivermectine et 679 placebo, et d’autres interventions. Inclusion : Patients who had had symptoms of Covid-19 for up to 7 days and had at least one risk factor for disease progression were randomly assigned to receive ivermectin (400 μg per kilogram of body weight) once daily for 3 days or placebo. Le résultat principal est ici :

ivermectine nejm

C’est risqué de faire cela chez Bolsonaro ! Risque de prison pour les auteurs ? J’ai encore des collègues qui me gonflent avec ces très mauvaises méta-analyses faites pour tromper et montrer aux naïfs que l’ivermectine est utile dans la COVID-19. Vous avez des noms aussi ?

Le premier message confirme ce qui était clair mais discuté par quelques lobbies complotistes. Le deuxième message confirme que les revues prestigieuses publient les essais négatifs quand ils sont soumis et de qualité. Je rencontre toujours des collègues qui pensent que les revues prestigieuses refusent les essais négatifs… ce n’est plus vrai. Depuis 10 ans, nous avons des données montrant que les revues médicales prestigieuses acceptent les essais négatifs...  mais les auteurs n’écrivent pas les manuscrits, ou ne les soumettent pas s’ils sont écrits ! Les temps changent et des essais négatifs sont publiés par les revues prestigieuses. Mais il existe des données contradictoires montrant qu’il y a plus d’essais positifs que négatifs dans les revues… Rien n’est clair.

Article d’accès libre car il s’agit de la COVID-19 : ce qui est possible pour les articles COVID-19 (accès libre) n’est pas possible pour les articles non-COVID-19 ! ETONNANT !

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

2 commentaires

  • Répétons qu’il est très important de bien distinguer
    – les essais stériles (dont les résultats sont inconclusifs notamment en raison d’une puissance qui se révèle insuffisante, mais aussi de diverses autres causes)
    – les essais d’infirmation (dont les résultats confortent l’hypothèse nulle avec une méthodologie démonstrative)
    On appelle fâcheusement « négatifs » les deux types de publications.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer