Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’intelligence artificielle (IA) est là pour rester : il faut apprendre à l’utiliser pour écrire nos articles

Points clés

L’intelligence artificielle (IA) diminue le temps pour écrire une revue de la littérature mais demande une vérification importante des faits. Les combats entre les ‘pros and cons’ n’ont plus lieu d’être ! Nous l’avons vu dans le billet d’hier. Cet article de décembre 2023 dans la revue ‘Current Osteoporosis Reports’ est une recherche de plus grande ampleur que celle  présentée hier. Cet article est un gros travail de trois chercheurs américains d’Indianapolis avec des financements adéquats et la collaboration de la revue. Ils n’ont pas été seuls, car d’autres experts ont été engagés dans la recherche et ont écrit les articles. Melissa A Kacena est la rédactrice en chef de ‘Current Osteoporosis Reports’.

Comparaison de trois rédactions : chercheurs versus IA + chercheurs versus chercheurs seuls

ia curr osteoporosis repEn pratique, trois thèmes ont été choisis (voir ci-contre). Pour chaque thème trois articles ont été écrits : l’un de manière classique par des hommes, l’un par l’IA assistée par l’homme, et un autre par l’IA seule. J’ai repris ci-contre l’iconographie exposant les méthodes. Il y a les trois thèmes considérés, et les trois méthodes de travail en trois colonnes décrivant les étapes. Ils ont utilisé ChatGPT4. Détails dans l’article.

Ont été publiés neuf articles qui sont consultables : l’article princeps qui décrit tout et huit des neuf articles écrits. Un article n’a pas été publié ; il s’agit de celui sur COVID par IA seule car les références les plus récentes n’ont pas pu être incluses par l’IA ; dans l’ensemble environ 70 % des citations n’étaient pas correctes. Dans les articles (qui sont des revues générales), tout est transparent ; il y a des phrases du type :  This review article is part of a series of multiple manuscripts designed to determine the utility of using artificial intelligence for writing scientific reviews.

Tout est accessible et assez bien présenté. A partir de l’article princeps, vous avez les références des huit autres articles.

Les approches avec l’homme sont meilleures

En pratique, l’IA est très utile…  mais les citations doivent être fournies et contrôlées par l’homme. L’IA seule n’a pas les citations récentes. La conclusion de l’article : ‘The main objective of this scientific study was to see whether AI could be used in a scientifically appropriate manner to improve the scientific writing process. Indeed, AI reduced the time for writing but had significant inaccuracies. The latter necessitates that AI cannot currently be used alone but could be used with careful oversight by humans to assist in writing scientific review articles.’

Il s’agit de l’une des meilleures recherches sur le sujet. En bref, l’IA fait gagner du temps. Il faut savoir l’utiliser pour éviter les hallucinations. La stratégie proposée serait : faites une bonne recherche documentaire et proposez la liste des références à ChatGPT pour qu’il écrive. Relisez, relisez, corrigez et vous aurez une revue de littérature.

Dans la version faite totalement par des chercheurs, ils ont utilisé un logiciel que je ne connais pas pour faire un résumé visuel : Biorender.com. Il mérite une visite et il y a une version gratuite. Je n’ai pas testé mais il existe des concurrents.

Je reprends un paragraphe de la discussion :

There were also many similarities between our groups. For example, the AI-only process was the fastest but had the most errors in the references. The numbers of inaccuracies in the AI-only group were high (up to 70% incorrect references). Left unchecked by those knowledgeable in the field, these references would have misinformed readers, which is not acceptable. Indeed, our findings are consistent with another report, whereby they tested the ability of ChatGPT to write research protocols, which found that 61% of cited references were accurate, 23% existed but were improperly cited, and 16% were completely fabricated and a product of AI hallucination [24].

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Un commentaire

  • Bien sûr : la priorité des priorités, urgente, est dorénavant de former tous ceux qui exercent un métier scientifique et tous les étudiants qui s’y préparent à l’utilisation des outils d’IA.
    Un intéressant article évoque dans le dernier JAMA comment l’IA va changer tout l’exercice médical, à partir de l’exemple des anapathes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer