TheBMJ : les auteurs ayant des liens d’intérêts avec l’industrie ne pourront plus publier d’éditoriaux ou d’articles de formation

IntérêtsLe BMJ, dans un éditorial du 28 novembre 2014, annonce une nouvelle politique concernat les liens d'intérêts. Les rédacteurs ont placé leur confiance dans la transparence, mais cela ne les satisfait pas totalement. La transparence est essentielle, mais ne suffit pas pour éliminer les biais. Ils pensent que les biais sont importants quand il s'agit des articles de formation.

A partir de janvier 2015, les éditoriaux, les revues cliniques, et d'autres séries ne seront plus écrites par des auteurs ayant des liens avec l'industrie. "By industry we mean companies producing drugs, devices, or tests; medical education companies; or other companies with an interest in the topic of the article." Les auteurs du BMJ ont été habitué à remplir une déclaration détaillée sur les liens dans les 36 mois passés et sur les 12 mois à venir. Cette politique est expliquée en 7 pages !!!

L'éditorial précise bien les enjeux de cette politique, en rappelant que le NEJM avait pris la même décision en 2002 pour les revues de littérature.. mais le NEJM avait abandonné cette politique car il avait des difficultés pour recruter les meilleurs auteurs. Que fera le BMJ ? Est-ce que la qualité des éditoriaux, des revues cliniques va être modifiée ? Nous verrons..  Certains pensent que les meilleurs experts sont engagés par les industries, etc…. Ceux qui ont des courants de pensée pourront continuer à influencer s'ils n'ont pas de liens avec l'industrie… et certains courants de pensée sont source d'autant de biais que les bias industriels, mais ils ne sont pas déclarés !!!! Doit-on savoir si l'auteur d'un article sur la circonsicion est lui-même circoncis ?

Chew M, et al. Medical journals and industry ties. BMJ 2014;349:g7197

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

5 commentaires

  • Une escalade sans fin, quand je vois ce que le BMJ m’a envoyé à reviewer récemment, je me demande même maintenant si il y a un éditeur.
    Il n’ y avais pas de liens d’intérêt mais un niveau franchement indigne d’être envoyé à des reviewers. Je ne suis pas un grand fan du filtre éditorial, mais il y a quand même des limites.
    Les liens d’intérêts cachés sont les plus forts, l’affaire wakefield en est une belle illustration.
    Bon nous verrons bien ce qui se passe.

    Répondre
  • On ne peut pas mettre sur le même plan les conflits d’intérêts financiers et les liens avec l’industrie d’un côté; et les courants de pensés et opinions de l’autre.

    Répondre
  • Si, on peut! (la preuve!)
    Les liens d’intérêt financiers qui doivent être déclarés sont parfois modestes (qq centaines d’euros pour faire causer dans un sympo) tandis que les liens institutionnels ou autres conflits ont une influence majeure sur ce qui est dit.

    Répondre
  • Replacing one bias with another is no way to proceed ; cutting out one whole set of potential authors cos of possible special interests is as much a bias by journal editors as that of authors who publish biased information.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer