Complaisance des auteurs d’essais cliniques industriels : combien aiment signer des articles en fermant les yeux ? Je ne sais pas

C’est un article du BMJ le 3 octobre 2018 qui rapporte une étude intéressante : Collaboration between academics and industry in clinical trials: cross sectional study of publications and survey of lead academic authors

L’analyse de cet article dans Nature le 9 octobre a pour titre : Ghost authorship haunts industry-funded clinical trials. Et pour sous-titre : Drug companies make big contributions to analysis in the Trials Academic Authorstrials they fund but can fail to report their contributions. Nature a construit l’image ci contre.

Voici l’échantillon de ce travail : 200 essais (2014-2017) de phase III et IV, domaine des vaccins, médicaments et produits de santé avec un financement totalement industriel, au moins un auteur académique, et publié dans 7 revues médicales (New England Journal of Medicine, Lancet, JAMA, BMJ, Annals of Internal Medicine, JAMA Internal Medicine, and PLoS Medicine).

Les observations :

  • Les employés des industries ayant financé les essais étaient coauteurs de 173 (87 %) publications ;
  • 183 (92 %) des essais ont fait état la participation des financeurs à la conception de l’essai, et 167 (84 %) ont fait état de la participation d’auteurs universitaires.
  • Pour 146 essais (73 %), le financeur a participé à l’analyse des données et pour 79 essais (40 %) les auteurs universitaires ont participé à l’analyse.
  • Pour 173 essais (87 %), le financeur a participé au rapport de l’essai ; pour 197 essais (99 %) des auteurs universitaires ont participé au rapport. Pour 123 essais (62 %), une société de recherche clinique a participé à l’établissement des rapports.
  • Quatre-vingts (40 %) des 200 auteurs universitaires ont répondu au sondage. Vingt-neuf (33 %) des 80 ont rapporté que les universitaires avaient le dernier mot sur le design. Dix ont décrit la participation d’un financeur anonyme et/ou d’un employé d’une société de recherche dans l’analyse des données et/ou des rapports.
  • La plupart des auteurs universitaires ont jugé que la contribution avec l’industrie était benéfique ; 3 (4 %) ont observé des délais dans la publication dus aux financeurs ; 9 (11 %) ont rapporté des désagréments avec le financeur, soit pour le design, soit pour le rapport de l’essai.

L’article contient un tableau avec des verbatims d’experts interviewés : intéressant.

Ces données sont factuelles, et les interprétations difficiles : néanmoins, ces essais industriels ont manifestement des auteurs académiques de complaisance….

J’ai déjà évoqué la problématique de la signature des essais industriels dans un billet de 2016 à propos d’une excellente réflexion publiée dans le BMJ : La logique serait que les publications soient signées par les experts scientifiques des industries, avec parfois des co-auteurs académiques ! Le premier auteur devrait être un employé de l’industrie. 

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer