Bonne nouvelle : les gros publiants inquiètent des organisations.. proposons de mettre la question à l’ordre du jour des CME de Paris, Lyon et Marseille

J'ai publié des billets au cours du temps sur ces chercheurs appelés des 'gros publiants'. Quel est le seuil ? Pour un article de Nature, c'était plus de 70 articles par an… soyons réalistes : dès 25, c'est beaucoup (deux par mois !). Il y a des thématiques, des labos qui publient plus que d'autres : lesquels ?

Par exemple, nombreux sont les commentaires que j'entends sur les pratiques de D Raoult à Marseille, mais je n'ai pas de preuves… donc pas d'avis.. Le nombre de commentaires nécessite une investigation des référents intégrité locaux pour des actions de prévention. A Marseille, les volumes de publication devraient être à l'ordre du jour de la CME de l'Assistance Publique (AP-HM) et de l'Université ! Idem à Paris et à Lyon. Il y a beaucoup de sujets à discuter. Ils peuvent prendre exemple sur la CME d'Angers qui a déjà discuté d'un cas : malaise local ? Qui pourrait me passer les comptes-rendus de la CME d'Angers car je ne les ai pas ? Dois-je demander au doyen de la faculté de médecine ? Cette démarche à Angers est très vertueuse et mériterait d'être montrée en exemple..  BRAVO. Sans oublier, à Paris, lisez les billets de Leonid Schneider…sur les publications de G Kroemer Dans ce cas, il serait vertueux qu'une commission d'enquête puisse établir la vérité (je n'ai pas d'idée sur ces pratiques, mais l'accueil de Mr Lopez-Otin pose problème).

Ces gros publiants ne prennent pas de risques (ils faut parler les collègues) : un blâme est le maximum, puis un avertissement après 10 blâmes… vous connaissez le truc ! Coluche doit siéger dans les instances de Lyon 1.

Deux exemples pour publier beaucoup :

  1. les grandes études randomisées, les grandes cohortes génèrent un volume de publications : une équipe espagnole travaillant sur le régime méditerranéen en est à 282 publications sur la même étude PREDIMED.
  2. Des domaines comme la vitamine D interpellent : faut-il encore publier sur la vitamine D ? Vitamin D dans PubMed donne accès à 78 125 articles (5 mars 2019), avec une cinétique très inquiétante (image ci-contre) Vit Dcar nous sommes à 4 000 articles par an depuis quelques années….  Où va-t-on ? Je vous suggère la lecture d'une réflexion dans le BMJ en 2014, commentant deux revues systématiques et méta-analyses sur la vitamine D : "Vitamin D shows no clear evidence of benefits despite hundreds of studies"…. Et pourtant, des budgets sont alloués à des chercheurs qui ne montreront rien car presque tout a été montré sur la vitamine D. Est-ce que le citoyen veut en savoir plus sur la vitamine D ? Les chercheurs OUI, car ce sont des gisements de publications…..
  3. Vous pouvez probablement citer des exemples d'études inutiles qui sont néanmoins financées !

PS du 7 avril : mon attention à été attirée sur des propos pour lesquels je n'ai pas vérifié mes sources. Il s'agit de la reprise des informations de L Schneider.  J'ai des commentaires parisiens…  Je laisse ceux qui veulent commenter apporter des arguments pour ou contre….  car ce billet circule beaucoup 

Je remercie ceux qui relèvent mes erreurs 

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

4 commentaires

  • Bonjour,
    A propos de la vitamine D il me semble que seule une étude manque: un étude avec de très fortes doses (équivalentes d’une vie au soleil en méditerranée avec mains et visages au moins exposés à une lumière tantôt directe tantôt indirecte.
    Mais je l’ai peut-être ratée ?
    Pour donner une idée des doses autrement plus élevées que la supplémentation en général étudiée:
    « When an adult wearing a bathing suit is exposed to one minimal erythemal dose of UV radiation (a slight pinkness to the skin 24 h after exposure), the amount of vitamin D produced is equivalent to ingesting between 10000 and 25000 IU.
    A se poser des questions sur le surdosage.
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3356951/

    Répondre
  • pas de nouvelles du « Theranos » marseillais ? le « Fake it until you make it » sauce bouillabaisse ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer