Défendons les bons journalistes attaqués par GE Séralini qui a prétendu que OGM et glyphosate seraient toxiques chez des rats

Comme Wakefield (ROR et autisme), GE Séralini ne supporte toutes pas les controverses. Le JIM du 3 mai 2019 nous informe que GE JIMSéralini devrait porter plainte contre trois journalistes, Patrick Cohen (C à vous), Mac Lessgy (M6), et G Woessner (Europe 1) qui ont critiqué les études bidonnées de ce chercheur. Mme Géraldine Woessner est particulièrement bien documentée. Elle sait analyser les données dans ses rubriques régulières sur Europe 1, dans d'autres médias, et sur son compte @GeWoessner ‏ Elles s'engage sur les faits sans trop relayer d'opinions douteuses.

GE Séralini est ce chercheur dont un article princeps a été rétracté, et qu'il a republié sans vergogne avec la complicité d'une autre revue (toxicité des OGM et du glyphosate chez des rats). Le plus important est que 15 millions d'euros de fonds publics ont été dépensés par des instituts de recherche pour confirmer ou infirmer ces observations. La conclusion  est claire : impossible de reproduire les études de GE Séralini.

Cela n'empêche pas France 2 (Envoyé spécial) de lui donner la parole pour propager de fausses informations. Mr GE Séralini a droit de s'énerver, mais il devrait ouvrir ses données et respecter les bonnes méthodologies de recherche. Outre les 3 journalistes qu'il aurait dans le collimateur, je lui suggère de porter plainte :

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

3 commentaires

  • Oui. Défendons les.
    Et n’oublions que les problèmes liés aux OGM et au glyphosate sont des problèmes bien plus politiques que scientifiques. Si on ne différencie pas les deux de manière claire, les opposants aux OGM et au glyphosate attaqueront la science en lieu et place de la politique. Pour la santé mentale du marché cognitif, permettons que les OGM et le glyphosate puissent être interdits sur des motifs politiques, y compris fallacieux, qui n’auraient rien à voir la science. Afin de protéger la science.
    L’autorisation ou l’interdiction des OGM et du glyphosate constitue un problème bien mineur par rapport à la problématique bien plus générale et bien plus lourde de négation de la science. Ne donnons pas d’armes aux négateurs de la science, quitte à devoir pour cela interdire les OGM et le glyphosate. (Pas sûr que ça marche…)

    Répondre
  • Très très bonne réflexion, mais les militants primaires, journalistes ou non, veulent faire peur.. au prix de dire n’importe quoi.
    HM

    Répondre
  • Il faut effectivement arriver à faire revenir les opposants primaires à des positions un peu plus mesurées. Mais cela nécessite aussi donner des gages dans l’autre sens.
    Mais c’est pas simple d’ouvrir ce débat à l’heure actuelle. Je l’essaie par exemple ici.
    https://blogdroiteuropeen.com/2019/06/18/food-additive-e171-titanium-dioxide-a-sweet-danger-and-the-precautionary-principle-par-alessandra-donati/#comment-12973
    Pendant plusieurs jours, je me suis demandé pourquoi mon commentaire n’apparaissait pas, et j’ai effectivement craint qu’il existe une forme de « politiquement correct » idiot qui nous condamne aux sursimplifications…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer