Bon exemple de présentation avec une omission très très gênante (C Perronne)

La présentation du Pr Christian Perronne, évoquée hier, est un bon exemple d’omission. Sa conférence explique que les tentatives d’enterrement de l’hydroxychloroquine (HCQ) ont toutes échoué… La salle est conquise ! Il commente l’étude RECOVERY publiée dans NEJM le 19 novembre 2020. Il évoque sa lettre au NEJM (bravo), critiquant l’étude RECOVERY (vidéo, à partir de 2 min 14 s), en oubliant de dire qu’elle est suivie d’une réponse… qu’il fait bien d’ignorer !!! Les chercheurs d’Oxford sont qualifiés d’amateurs (il emploie d’autres mots), même s’il dit avoir beaucoup de respects pour eux ! Le jargon est génial mais inquiétant : ‘les tests PCR qui ne veulent rien dire…’ Il se plaint que R Horton, rédacteur en chef du Lancet, ne répond pas à ses lettres !

perronne letter nejmIl présente une diapo avec la lettre au NEJM…  La lettre est signée : Alexis Lacout, M.D. Surgical Medical Center of Tronquieres–Elsan, Aurillac, France ; Christian Perronne, M.D., Ph.D. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines University, Garches, France ; Valere Lounnas, Ph.D. European Molecular Biology Laboratory, Heidelberg, Germany. Si vous lisez la réponse des auteurs de la publication RECOVERY, elle est courtoise mais c’est un boomerang : Les auteurs apportent des preuves aux questions de C Perronne, et demandent les preuves de C Perronne… We know of no evidence that the anti-interferon activity of hydroxychloroquine would affect disease progression in hospitalized patients.

Il fait des commentaires sur ses collègues qui ‘pédalent dans la choucroute’. Le topo consiste à expliquer que l’HCQ est efficace dans la COVID-19…   Heureusement plus personne ne le croit…  d’ailleurs l’IHU s’est calmé…. et la COVID-19 est toujours présente à Marseille !

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

4 commentaires

  • Bravo et merci à M Hervé Maisonneuve pour vos commentaires réfléchis et précieux. Ce qui se passe en ces temps particuliers reliés à la COVID-19, c’est très dangereux pour tous les honnêtes scientifiques qui continuent à faire de l’excellente science et pour toutes les revues scientifiques qui continuent de publier de l’excellente science en respectant le code éthique du processus de révisions par les pairs, comme cela se doit d’être fait. Je me suis permis de directement traduire la dernière phrase de la réponse de la revue et comme vous le dites, c’est un boomerang, en espérant qu’il fera réfléchir ceux concernés.

    « Nous ne connaissons aucune preuve que l’activité anti-interféron de l’hydroxychloroquine affecterait la progression de la maladie chez les patients hospitalisés » fin de la citation traduite en français.

    Répondre
  • Merci pour ce commentaire. Il est étonnant de constater que seule l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris a pris une décision de lui enlever sa chefferie de service, mais il y a un recours auprès du tribunal administratif. C Perronne communique sur le site de l’association Lyme https://www.associationlymesansfrontieres.com/le-pr-christian-perronne-radie-de-sa-chefferie-de-service-ce-jeudi-17-decembre-2020/

    Mais C Perronne est aussi co-signataire des deux articles rétractés sur l’artemisia, rétractation claire car la base était fraudée…. je l’ai vue. https://www.redactionmedicale.fr/2020/08/les-fraudes-de-la-maison-de-lartemisia-vont-elles-continuer-apres-la-retractations-de-2-articles

    Il y a des institutions qui ne disent rien, ce qui pose la question de leur complicité : les présidents de la faculté de médecine et de l’université, les référents intégrité de la faculté de médecine et de l’université, les agences qui financent ses recherches, les co-signataires,….

    Répondre
  • Bien placé pour parler du contexte dans lequel une fraude patente est entérée par divers moyens, mais en particulier la manière dont nous sommes tous embourbés dans les convenances. J’étais élu SNCS au conseil scientifique de l’INSB lorsque les fraudes répétées de Catherine Jésus ont affleurées… Personne, n’a abordé cela en présence de Mme Jésus C. alors qu’elle siégait à notre commission comme Directrice de l’INSB CNRS… en fait 24 personnes élues et nommées, qui s’interrogent sur la fraude et aucune question à la fraudeuse. D’ailleurs, il est bon de noter qu’il y avait d’autre fraudeurs dans les salle (l’une d’entre eux, disparu de notre honorable assemblée très discrètement). Voilà pour ce petit tut petit témoignage. A préciser tout de même que Mme Jésus C. fut protégée par l’actuelle ministre Mme F. Vidal, elle-même fraudeuse patentée.

    Répondre
  • MERCI….. Les convenances sociales poussent à une certaine omerta
    Cdlmt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer