URGENCE : les revues devraient adopter le modèle RRs avec les IPA (In-Principle Acceptance)

Nous avons évoqué plusieurs fois ce modèle de publication adopté par environ 300 revues, mais boudé par le domaine médical qui serait celui qui en a le plus besoin. Je m’explique :

Le modèle de publication RRs (Registered Reports) change la sélection des articles pour les revues. Des chercheurs soumettent un protocole qui va être relu par les pairs. Le comité de rédaction accepte ou non de publier ultérieurement les résultats : il attribue un IPA (In-Principle Acceptance). L’IPA est un engagement pour publier quelques années plus tard les résultats de cette recherche. Lorsque le manuscrit sera soumis avec les résultats, une évaluation sera faite pour s’assurer du respect du protocole (ou comprendre pourquoi des modifications ont été apportées au protocole). La rédaction est évaluée selon des pratiques responsables (format de la revue, pas d’insultes, d’interprétations douteuses, discussion raisonnable, absence de spin, etc…). Sauf problème majeur, l’acceptation n’est pas remise en cause.

rrs 2Les recherches montrant la supériorité du modèle RRs arrivent. Nous en avons commenté une en février 2020. D’autres résultats ont été publiés dans Nature Human Behaviour en juin 2021 par des chercheurs  américains et australiens. Ce travail a été coordonné par le Center for Open Science, Charlottesville, dirigé par Brian Nosek. Avec Chris Chambers, Brian Nosek est un des leaders des RRs. Le titre : Initial evidence of research quality of registered reports compared with the standard publishing model. Cette recherche est originale : 553 relecteurs ont évalué 29 articles RRs du domaine psychologie et neuroscience et 53 articles non RRs en comparaison. Il y avait 19 critères pour la comparaison et les résultats confortent très nettement le modèle RRs. J’ai repris la figure 1 (ci-dessus) avec les 19 critères !!! IMPRESSIONANT. L’acceptation faite sur protocole, les chercheurs sont à l’aise pour expliquer ce qu’ils ont observé, et n’ont pas besoin d’inventer des contes de fées pour faire croire à une innovation afin de convaincre un comité de rédaction.

Le domaine médical a été précurseur pour la dépôt des protocoles des essais cliniques sur des plateformes en accès libre. Il aurait été logique que ce domaine soit l’inventeur et le moteur du modèle RRs…  Il existe environ 40 recherches ayant montré que les publications des essais randomisés contrôlés sont très souvent bidonnées. On peut estimer que dans 20 à 30 % des cas le critère de jugement principal du protocole diffère de celui de l’article, et je me limite à ce point… On peut estimer que 50 % des articles ont des différences avec le protocole, et en général ces manipulations favorisent un résultat statistique significatif ! Le modèle RRs permettrait de publier des résultats d’essais conformes aux protocoles. Parmi les 300 revues listées, pour avoir adopté les RRs, il y a quelques revues biomédicales : BMC Medicine, BMJ Open Science, British Journal of Clinical Psychology, Cancer Medicine, Cancer Reports, Cardiology cases and systematic reviews, Clinical endocrinology, Clinical otolaryngology, Cochrane reviews, Discover oncology, Drug and alcohol dependence, Endocrininology diabetes & metabolism, European journal of cancer, Fertility and sterility, Infant and Child development, Infant behavior and development, une dizaine de revues JMIR, Nursing reports, PLOS biology, PLOS One, Scientific reprots, etc…, semblent adopter le modèle RRs ! Très INSUFFISANT. Il faudra quelques années pour que les RRs s’envolent, d’autant plus qu’il faut du temps entre IPA et publication.

Partagez cet article sur les réseaux:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer