iap english

Le réseau des Académies (IAP) lutte contre les revues prédatrices : sont-ils seuls ?

Ce bon rapport d’avril 2022 est en accès libre sur le site IAP. Il y a un rapport de synthèse traduit en français (27 pages), chinois, arabe, espagnol, portugais, et russe. Nous savions que l’IAP (InterAcademy Partnership qui regroupe 149 académies des sciences) travaillait sur ce thème. Comme certains d’entre vous, j’avais répondu à leur enquête. C’est un travail de deux ans. Le rapport complet en anglais a 126 pages et beaucoup de données sur l’enquête. Sur ce blog, il y a de nombreux billets sur ce problème sous-estimé par nos collègues et les institutions (pas les bibliothèques).

Le rapport évalue à 15 000 le nombre de revues prédatrices, et la traduction en plusieurs langues traduit l’inquiétude justifiée de l’IAP. En page 6 de la synthèse en français : Les pratiques prédatrices se diversifiant et devenant de plus en plus sophistiquées, il est de plus en plus difficile d’identifier, de suivre et de surveiller les revues et les conférences prédatrices, et de les distinguer en toute confiance de celles qui sont frauduleuses, mal financées ou de piètre qualité.

Le rapport a beaucoup de données provenant de  1800 répondants dans 112 pays, et je ne détaille pas ici, mais c’est très informatif. Au moins 24 % des répondants ont publié dans une revue prédatrice, on participé à une conférence prédatrice, ou ne savent pas.

Je reproduis ci-dessous la figure 1 ‘Un spectre de comportements prédateurs pour les revues’. Cette figure montre la complexité du problème :

iap prédateurs

Il y a une figure semblable pour les conférences prédatrices.

Les auteurs ont 8 conclusions et pour chacune d’elle, il y a des recommandations, avec des tableaux bien faits

  1. Les définitions actuelles des revues et conférences soi-disant prédatrices sont inadéquates
  2. La connaissance et la compréhension des pratiques et comportements prédateurs sont généralement insuffisantes
  3. Les publications et les acteurs prédateurs deviennent de plus en plus sophistiqués
  4. Les revues et les conférences prédatrices sont en hausse et risquent de miner la confiance du public dans la recherche et l’intégrité de la recherche et de créer un gaspillage important des ressources de recherche
  5. Les revues et conférences prédatrices risquent de s’enraciner dans la culture de la recherche
  6. La monétisation et la commercialisation de rapports de recherche académique contribuent au développement des pratiques et comportements prédateurs
  7. Les systèmes d’évaluation de recherche contemporains sont un important facteur de pratiques prédatrices
  8. Les pratiques prédatrices exploitent les faiblesses du système de révision par les pairs : le manque de transparence dans le processus de révision par les pairs, ainsi que le manque de formation, de moyens et de reconnaissance des réviseurs

Et le tableau 2 (pages 20 à 24) a des recommandations détaillées pour : Communauté de chercheurs (auteurs, superviseurs, mentors) ; Établissements d’études supérieures, y compris les universités ; Organisations multilatérales (UNESCO par exemple) ; Académies ; Bailleurs de fonds de recherche et ministères de la Recherche ; Editeurs ; Bibliothèques et services d’indexation ; Associations/organismes en charge d’organiser des conférences.

Le rapport liste les bonnes références sur le sujet.

Merci à The MetaNews

Partagez cet article sur les réseaux:
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

Archives mensuelles

Suivez-nous

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Tags

Vous pourriez aussi aimer